Les Cameron Highlanders of Ottawa (MIT) sont l’une des rares unités canadiennes qui ont été affectées à des tâches de garnison en Islande. De juillet 1940 à avril 1941, les Cameron ont protégé plusieurs secteurs de l’île par des patrouilles d’infanterie et une surveillance à des postes de mitrailleuses. Le quartier général du bataillon a finalement été dressé au « camp Bytown » en octobre 1940, quand des abris Nissen en métal ont remplacé les tentes que le bataillon utilisait depuis les premiers mois de son séjour. L’Islande est une contrée froide et venteuse, où les rares arbres n’offrent guère de protection contre le vent et les tempêtes qui viennent de l’océan Atlantique.

En plus d’utiliser de préférence des bâtiments solides, les soldats canadiens s’habillaient bien chaudement pendant les mois d’hiver, et portaient des vêtements lourds – y compris des bonnets de fourrure fabriqués à Montr&eacut Pour en lire plus
Les Cameron Highlanders of Ottawa (MIT) sont l’une des rares unités canadiennes qui ont été affectées à des tâches de garnison en Islande. De juillet 1940 à avril 1941, les Cameron ont protégé plusieurs secteurs de l’île par des patrouilles d’infanterie et une surveillance à des postes de mitrailleuses. Le quartier général du bataillon a finalement été dressé au « camp Bytown » en octobre 1940, quand des abris Nissen en métal ont remplacé les tentes que le bataillon utilisait depuis les premiers mois de son séjour. L’Islande est une contrée froide et venteuse, où les rares arbres n’offrent guère de protection contre le vent et les tempêtes qui viennent de l’océan Atlantique.

En plus d’utiliser de préférence des bâtiments solides, les soldats canadiens s’habillaient bien chaudement pendant les mois d’hiver, et portaient des vêtements lourds – y compris des bonnets de fourrure fabriqués à Montréal – pour se protéger contre les rigueurs du climat. Comme membres de la Force « Z », qui avait pour emblème l’ours polaire, les Cameron ont passé la Noël de 1940 en Islande.

Les activités récréatives étaient rares, mais les soldats pouvaient jouer aux cartes avec des jeux faits en Islande. Peu avant que le bataillon quitte l’île à destination de l’Angleterre, au printemps 1941, le cornemuseur-major Sam Scott a composé une œuvre, le Cameron’s Farewell to Iceland, pour souligner l’occasion.

© 2002, RCIP. Tous droits réservés.

Bonnet de fourrure du type que portaient les soldats canadiens en Islande.

Bonnet de fourrure du type que portaient les soldats canadiens en Islande. Cet accessoire était fabriqué à Montréal (Québec).

Ken Reynolds
vers 1941
© Le Musée régimentaire, The Cameron Highlanders of Ottawa


Photographies de membres des Cameron en Islande en 1940

Photographies de membres des Cameron en Islande en 1940, pendant leur service de garnison dans l'île.

Ken Reynolds
vers 1940
© Le Musée régimentaire, The Cameron Highlanders of Ottawa


Collection d'objets utilisés par les membres des Cameron

Collection d'objets utilisés par les membres des Cameron pendant leur séjour en Islande.

Ken Reynolds
vers 1940
© Le Musée régimentaire, The Cameron Highlanders of Ottawa


Les soldats canadiens stationnés en Grande-Bretagne pouvaient se livrer à diverses occupations pour occuper leurs loisirs, quand ils n’étaient pas de service ou pendant leurs permissions. Nombre de soldats s’adonnaient à des sports comme le football, la natation, la boxe, l’athlétisme et le tir de précision. Pour les soldats en Angleterre, toutefois, l’un des « sports » préférés était les « fréquentations », comme le montre ce dessin plein d’humour intitulé « Formulaire de demande de rendez-vous ». Au moins quelques jeunes filles britanniques doivent avoir répondu correctement aux questions, car nombre de soldats canadiens sont revenus avec une épouse anglaise.
Les soldats canadiens stationnés en Grande-Bretagne pouvaient se livrer à diverses occupations pour occuper leurs loisirs, quand ils n’étaient pas de service ou pendant leurs permissions. Nombre de soldats s’adonnaient à des sports comme le football, la natation, la boxe, l’athlétisme et le tir de précision. Pour les soldats en Angleterre, toutefois, l’un des « sports » préférés était les « fréquentations », comme le montre ce dessin plein d’humour intitulé « Formulaire de demande de rendez-vous ». Au moins quelques jeunes filles britanniques doivent avoir répondu correctement aux questions, car nombre de soldats canadiens sont revenus avec une épouse anglaise.

© 2002, RCIP. Tous droits réservés.

Demande de rendez-vous avec un membre des Calgary Hisglanders

Demande de rendez-vous avec un membre des Calgary Highlanders, conçue par les membres du régiment à l'instruction en Angleterre.

Les Calgary Highlanders

© Musée et archives régimentaires des Calgary Highlanders


Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :
  • comprendre la participation et le rôle des Forces canadiennes pendant la Seconde Guerre mondiale;
  • étudier les contributions, les sacrifices et les expériences vécues par les individus qui ont participé aux opérations militaires pendant la Seconde Guerre mondiale;
  • identifier les principaux endroits où se sont déroulées les opérations militaires auxquelles a pris part le Canada pendant la Seconde Guerre mondiale;
  • étudier les armes et la technologie employées par les soldats canadiens.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons