RudolfKoenig

Rudolf Koenig (1832-1901)

photo offerte par le Musée d'instruments scientifiques de l'Université de Toronto

© RCIP 2001


Rudolf Koenig (1832-1901) fut l’un des personnages les plus colorés de la physique du XIXe siècle. Maître luthier, fabricant innovateur d’instruments scientifiques, chercheur prolifique et homme d’affaires plutôt prospère, Koenig permit à des gens du monde entier d’étudier la science de la musique grâce à ses dispositifs acoustiques. Pendant leur séjour à Paris, des scientifiques visitaient le studio de Koenig pour assister à ses célèbres « séances musicales ». L’un de ses meilleurs clients était James Loudon, de Toronto, fondateur du premier laboratoire de physique au Canada (1878).

Parmi ses instruments les plus populaires, mentionnons ses résonateurs pour le choix de fréquences données parmi les sons ambiants, des tuyaux à anche et des tuyaux d’orgue pour la production de sons, des capsules manométriques pour la visualisation de sons à l’aide de flammes, des diapasons pour l’accordage de précision, ainsi qu’un dispositif d’interférenc Pour en lire plus
Rudolf Koenig (1832-1901) fut l’un des personnages les plus colorés de la physique du XIXe siècle. Maître luthier, fabricant innovateur d’instruments scientifiques, chercheur prolifique et homme d’affaires plutôt prospère, Koenig permit à des gens du monde entier d’étudier la science de la musique grâce à ses dispositifs acoustiques. Pendant leur séjour à Paris, des scientifiques visitaient le studio de Koenig pour assister à ses célèbres « séances musicales ». L’un de ses meilleurs clients était James Loudon, de Toronto, fondateur du premier laboratoire de physique au Canada (1878).

Parmi ses instruments les plus populaires, mentionnons ses résonateurs pour le choix de fréquences données parmi les sons ambiants, des tuyaux à anche et des tuyaux d’orgue pour la production de sons, des capsules manométriques pour la visualisation de sons à l’aide de flammes, des diapasons pour l’accordage de précision, ainsi qu’un dispositif d’interférence sonore pour la comparaison des propriétés de deux ondes sonores.

En 1865, Koenig écrivait à l’un de ses clients : « En effet, si la majorité des savants reculaient devant les recherches en acoustique, de peur que leur oreille, peu exercée, ne rencontre des obstacles insurmontables, nous disposons maintenant de méthodes admirables qui permettent d’étudier les sons sans recourir à l’organe de l’audition. »

© 2001, RCIP. Tous droits réservés.

DispositifD'interférence

Dispositif d'interférence 1872 c Rudolf Koenig, Paris Département de physique, Université de Toronto Servait à démontrer les principes de l'interférence des ondes sonores.

Musée d'instruments scientifiques de l'Université de Toronto
vers 1872
© 2001, RCIP. Tous droits réservés.


Signature

Signature de Koenig sur un diapason 1876 c Fabriqué par Rudolf Koenig, Paris Département de physique, Université de Toronto

Musée d'instruments scientifiques de l'Université de Toronto
vers 1876
© 2001, RCIP. Tous droits réservés.


Tuyau à anche

Tuyau à anche 1858-1878 Fabriqué par Rudolf Koenig, Paris Département de physique, Université de Toronto L'anche, placée derrière une vitre à l'intérieur d'un tuyau rectangulaire, produit une note. Trois résonateurs prismatiques peuvent être fixés au tuyau, afin de démontrer comment des sons de différentes qualités peuvent provenir d'une même note fondamentale.

Musée d'instruments scientifiques de l'Université de Toronto
1858 - 1878
© 2001, RCIP. Tous droits réservés.


Diapasons&Résonateurs

Ensemble de diapasons et de résonateurs réglés pour produire les sons de voyelles 1858-1878 Fabriqué par Rudolf Koenig, Paris Département de physique, Université de Toronto Cinq diapasons et cinq résonateurs accordés sur les notes caractéristiques des voyelles U, O, A, E, I. Employés pour étudier les théories de Helmholtz sur la nature et la qualité des sons des voyelles. Les résonateurs saisissaient et amplifiaient des fréquences précises associées aux voyelles. Après avoir été frappé, un diapason était placé devant la bouche qui émettait une certaine voyelle, ce qui en amplifiait le son dans la cavité buccale (qui agissait comme résonateur). Photo gracieuseté du Musée d'instruments scientifiques de l'Université de Toronto

Musée d'instruments scientifiques de l'Université de Toronto
1858 - 1878
© 2001, RCIP. Tous droits réservés.


Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :

  • reconnaître et comprendre l’influence que l’histoire et la culture exercent sur la science et la technologie au sein d’une société;
  • décrire les progrès scientifiques et technologiques du passé et du présent et comprendre leur incidence sur les individus et les sociétés;
  • expliquer la contribution des Canadiens à l’échelle internationale en ce qui concerne la science et la technologie.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons