Né à Krasnoïarsk, en 1848. Mort à Moscou, en 1926. Après son arrivée de Sibérie, Sourikov fit des études à Saint-Pétersbourg, à l’Académie des beaux-arts sous la conduite du remarquable professeur et graphiste  P.P. Tchistiakov. En 1877, il s’établit à Moscou. Pendant plusieurs périodes de son existence, il fit de grands voyages en Europe (France, Allemagne, Italie, Suisse, Autriche, Espagne) et en Russie. En 1881, l’artiste s’affilia à l’Association des expositions d’art itinérantes. Sourikov s’intéressa surtout à la peinture historique. Il peignit des scènes qui constituent des tournants de l’histoire russe sur des tableaux monumentaux où figurent un grand nombre de personnages. Il fit aussi, cependant, des paysages et des portraits de petites dimensions. C’était un peintre-né, doué d’un sens extraordinaire de la couleur. La peinture vénitienne influa sur la formation de son art. Sourikov faisait non seulement des huiles, mais également d Pour en lire plus
Né à Krasnoïarsk, en 1848. Mort à Moscou, en 1926. Après son arrivée de Sibérie, Sourikov fit des études à Saint-Pétersbourg, à l’Académie des beaux-arts sous la conduite du remarquable professeur et graphiste  P.P. Tchistiakov. En 1877, il s’établit à Moscou. Pendant plusieurs périodes de son existence, il fit de grands voyages en Europe (France, Allemagne, Italie, Suisse, Autriche, Espagne) et en Russie. En 1881, l’artiste s’affilia à l’Association des expositions d’art itinérantes. Sourikov s’intéressa surtout à la peinture historique. Il peignit des scènes qui constituent des tournants de l’histoire russe sur des tableaux monumentaux où figurent un grand nombre de personnages. Il fit aussi, cependant, des paysages et des portraits de petites dimensions. C’était un peintre-né, doué d’un sens extraordinaire de la couleur. La peinture vénitienne influa sur la formation de son art. Sourikov faisait non seulement des huiles, mais également des aquarelles.

Œuvres
Petite ville au bord de la rivière - 1900, huile sur toile. Musée régional des beaux-arts Vroubel d’Omsk

© 2003, RCIP. Tous droits réservés.

Né à Iekaterinoslav (aujourd’hui en Ukraine), en 1889. Mort à Moscou, en 1942. Stéfanski fit des études de peinture sous la conduite du célèbre paysagiste I. Goriouchkine-Sorokopoudov, et il s’intéressa à l’impressionnisme français. En 1914, le jeune artiste fut mobilisé dans l’armée. Ayant reçu son congé après la révolution de 1917, il se lança fébrilement dans l’activité politique. De 1918 à 1922, Stéfanski travailla à Smolensk. Pendant cette période, il prit part à des expositions d’art en compagnie de Kazimir Malevitch.

Normal Pour en lire plus
Né à Iekaterinoslav (aujourd’hui en Ukraine), en 1889. Mort à Moscou, en 1942. Stéfanski fit des études de peinture sous la conduite du célèbre paysagiste I. Goriouchkine-Sorokopoudov, et il s’intéressa à l’impressionnisme français. En 1914, le jeune artiste fut mobilisé dans l’armée. Ayant reçu son congé après la révolution de 1917, il se lança fébrilement dans l’activité politique. De 1918 à 1922, Stéfanski travailla à Smolensk. Pendant cette période, il prit part à des expositions d’art en compagnie de Kazimir Malevitch.

Œuvres
Smolensk. On allume les réverbères. - 1919, huile sur toile. Musée-réserve national de Smolensk

© 2003, RCIP. Tous droits réservés.

Né à Iekaterinbourg, en 1875. Mort à Moscou, en 1945. Tourjanski débuta son étude de la peinture dans sa ville natale d’Iekaterinbourg, puis il la poursuivit à Saint-Pétersbourg pendant un certain temps, avant de s’installer à Moscou. V.A. Sérov et K.A. Korovine devinrent ses professeurs à l’École de peinture, de sculpture et d’architecture de cette ville. Au début des années 1900, Tourjanski se mit à exposer ses œuvres, dans lesquelles il associa les traditions du paysage réaliste russe de la seconde moitié du 19e siècle et le style de la nouvelle génération de peintres de Moscou. En 1910, l’artiste devint membre de l’Union des artistes russes puis, en 1911, membre de l’Association des expositions d’art itinérantes. Le paysage était le genre favori de Tourjanski. Il peignait souvent des scènes des montagnes de l’Oural, des faubourgs de Moscou et des régions occidentales éloignées du pays, en introduisant parfois des animaux dans ses paysa Pour en lire plus
Né à Iekaterinbourg, en 1875. Mort à Moscou, en 1945. Tourjanski débuta son étude de la peinture dans sa ville natale d’Iekaterinbourg, puis il la poursuivit à Saint-Pétersbourg pendant un certain temps, avant de s’installer à Moscou. V.A. Sérov et K.A. Korovine devinrent ses professeurs à l’École de peinture, de sculpture et d’architecture de cette ville. Au début des années 1900, Tourjanski se mit à exposer ses œuvres, dans lesquelles il associa les traditions du paysage réaliste russe de la seconde moitié du 19e siècle et le style de la nouvelle génération de peintres de Moscou. En 1910, l’artiste devint membre de l’Union des artistes russes puis, en 1911, membre de l’Association des expositions d’art itinérantes. Le paysage était le genre favori de Tourjanski. Il peignait souvent des scènes des montagnes de l’Oural, des faubourgs de Moscou et des régions occidentales éloignées du pays, en introduisant parfois des animaux dans ses paysages. Après la révolution, il n’y eut presque pas de changements dans son œuvre créatrice.

Œuvres
Printemps dans les provinces de l’ouest - vers 1910, huile sur toile (auparavant huile sur carton). Musée régional des beaux-arts Soukatchev d’Irkoutsk
L’Été- 1916, huile sur toile. Musée des beaux-arts de Samara

© 2003, RCIP. Tous droits réservés.

Né dans le village de Riabovo, dans la province de Viatka, en 1856. Mort à Moscou, en 1933. Vasnetsov était un peintre et un graphiste. Il ne reçut pas de formation artistique classique. C’est son frère aîné, V.M. Vasnetsov, le célèbre peintre russe, qui lui apprit son savoir-faire. À partir de 1883, il vécut et travailla avec son frère à Abramtsevo, où il subit l’influence de V.D. Polénov. De 1898 à 1899, il voyagea d’un bout à l’autre de l’Europe. Outre ses paysages épiques russes, Apollinari Vasnetsov créa un genre qui lui était propre : il reconstitua des paysages historiques en se fondant sur des données de l’histoire et de l’archéologie. Ses tableaux présentent une image de Moscou à l’époque médiévale. Il fut membre de l’Association des expositions d’art itinérantes, à partir de 1899, puis académicien à compter de 1900. Il devint l’un des fondateurs et des administrateurs de l’Union des artis Pour en lire plus
Né dans le village de Riabovo, dans la province de Viatka, en 1856. Mort à Moscou, en 1933. Vasnetsov était un peintre et un graphiste. Il ne reçut pas de formation artistique classique. C’est son frère aîné, V.M. Vasnetsov, le célèbre peintre russe, qui lui apprit son savoir-faire. À partir de 1883, il vécut et travailla avec son frère à Abramtsevo, où il subit l’influence de V.D. Polénov. De 1898 à 1899, il voyagea d’un bout à l’autre de l’Europe. Outre ses paysages épiques russes, Apollinari Vasnetsov créa un genre qui lui était propre : il reconstitua des paysages historiques en se fondant sur des données de l’histoire et de l’archéologie. Ses tableaux présentent une image de Moscou à l’époque médiévale. Il fut membre de l’Association des expositions d’art itinérantes, à partir de 1899, puis académicien à compter de 1900. Il devint l’un des fondateurs et des administrateurs de l’Union des artistes russes.

Œuvres
Dégel - 1901, huile sur toile. Musée des beaux-arts de Samara

© 2003, RCIP. Tous droits réservés.

Né à Gatchina, dans la province de Saint-Pétersbourg, en 1850. Mort à Yalta, en 1873. Ses contemporains l’appelait le « jeune brillant ». De 1865 à 1868, Fiodor Vassiliev fit des études à l’École des arts graphiques de la Société pour la promotion des arts et aussi à l’artel des artistes, sous la conduite d’I.I. Chichkine. L’influence de l’école de Düsseldorf est manifeste dans ses premières œuvres, mais il considérait les peintres de l’école de Barbizon comme ses professeurs. Au début des années 1870, c’était déjà un maître parvenu à la maturité dont les œuvres avaient conféré de nouvelles caractéristiques au paysage national réaliste. Ses contemporains disaient qu’il réalisait des paysages russes empreints de « poésie, avec un rendu naturel ». Cependant, le destin voulut que cet artiste ait une existence très courte puisqu’il ne vécut que 23 ans. Dans une certaine mes Pour en lire plus
Né à Gatchina, dans la province de Saint-Pétersbourg, en 1850. Mort à Yalta, en 1873. Ses contemporains l’appelait le « jeune brillant ». De 1865 à 1868, Fiodor Vassiliev fit des études à l’École des arts graphiques de la Société pour la promotion des arts et aussi à l’artel des artistes, sous la conduite d’I.I. Chichkine. L’influence de l’école de Düsseldorf est manifeste dans ses premières œuvres, mais il considérait les peintres de l’école de Barbizon comme ses professeurs. Au début des années 1870, c’était déjà un maître parvenu à la maturité dont les œuvres avaient conféré de nouvelles caractéristiques au paysage national réaliste. Ses contemporains disaient qu’il réalisait des paysages russes empreints de « poésie, avec un rendu naturel ». Cependant, le destin voulut que cet artiste ait une existence très courte puisqu’il ne vécut que 23 ans. Dans une certaine mesure, le pressentiment de son sort tragique poussa Vassiliev à laisser un héritage de créations. Après avoir attrapé la tuberculose en 1871, il partit pour la Crimée où il continua à travailler jusqu’à la fin.

Œuvres
Le Paysage - 1868, huile sur toile. Musée régional des beaux-arts Vroubel d’Omsk
Les Peupliers - 1870, huile sur toile. Musée-réserve national de Smolensk
Avant l’orage - 1870, huile sur toile. Musée national des beaux-arts de Nijni-Novgorod
Les Lagunes de la Volga - 1870, huile sur toile. Galerie nationale Tretiakov (Moscou)
Le Dégel - 1871, huile sur toile. Galerie nationale Tretiakov (Moscou)

© 2003, RCIP. Tous droits réservés.

Né dans le village de Sofino, dans la province de Samara, en 1866. Mort à Leningrad, en 1926. Veltz était un Autrichien qui prit la nationalité russe en 1889. Il fit des études à l’Académie des beaux-arts sous la conduite de M.K. Klodt. Il se spécialisa toujours dans le domaine du paysage. Après avoir complété sa formation à Saint-Pétersbourg en 1892, il partit à l’étranger où il visita l’Italie, l’Allemagne et la Suisse, de 1892 à 1894. Après son retour en Russie, il voyagea souvent dans les provinces du sud du pays. Il était membre de la Société des artistes de Petrograd et de la Société Kouïndji.

Pour en lire plus
Né dans le village de Sofino, dans la province de Samara, en 1866. Mort à Leningrad, en 1926. Veltz était un Autrichien qui prit la nationalité russe en 1889. Il fit des études à l’Académie des beaux-arts sous la conduite de M.K. Klodt. Il se spécialisa toujours dans le domaine du paysage. Après avoir complété sa formation à Saint-Pétersbourg en 1892, il partit à l’étranger où il visita l’Italie, l’Allemagne et la Suisse, de 1892 à 1894. Après son retour en Russie, il voyagea souvent dans les provinces du sud du pays. Il était membre de la Société des artistes de Petrograd et de la Société Kouïndji.

Œuvres
Le Village Kokoz en Crimée - 1890, huile sur toile. Musée régional des beaux-arts Soukatchev d’Irkoutsk

© 2003, RCIP. Tous droits réservés.

Né à Tcherepovets, en 1842. Mort près de Port-Arthur en 1904. Après avoir reçu son diplôme d’un collège naval, Verechtchaguine étudia la peinture à Saint-Pétersbourg à l’École des arts graphiques de la Société pour la promotion des arts et à l’Académie des beaux-arts, puis à Paris. Il visita de nombreux pays européens, de même que la Syrie, la Palestine (de 1883 à 1884), l’Inde (de 1874 à 1876 et de 1882 à 1883), les Philippines (en 1901), Cuba, les États-Unis (en 1902) et le Japon (en 1903). À titre d’artiste officiel de l’armée, il accompagna les troupes pendant les campagnes d’Asie centrale de 1867–1868 et de 1868–1869 ainsi que des Balkans, de 1877–1878. En 1904, on l’envoya au front après la déclaration de la guerre russo-japonaise. Il y fut tué lors d’une explosion survenue à bord du cuirassé Petropavlovsk, près de Port-Arthur. Le thème principal de Verechtchagine est la condamnation de Pour en lire plus
Né à Tcherepovets, en 1842. Mort près de Port-Arthur en 1904. Après avoir reçu son diplôme d’un collège naval, Verechtchaguine étudia la peinture à Saint-Pétersbourg à l’École des arts graphiques de la Société pour la promotion des arts et à l’Académie des beaux-arts, puis à Paris. Il visita de nombreux pays européens, de même que la Syrie, la Palestine (de 1883 à 1884), l’Inde (de 1874 à 1876 et de 1882 à 1883), les Philippines (en 1901), Cuba, les États-Unis (en 1902) et le Japon (en 1903). À titre d’artiste officiel de l’armée, il accompagna les troupes pendant les campagnes d’Asie centrale de 1867–1868 et de 1868–1869 ainsi que des Balkans, de 1877–1878. En 1904, on l’envoya au front après la déclaration de la guerre russo-japonaise. Il y fut tué lors d’une explosion survenue à bord du cuirassé Petropavlovsk, près de Port-Arthur. Le thème principal de Verechtchagine est la condamnation de cette « grande injustice appelée guerre ». Toutefois, au cours de ses nombreux voyages, il peignit des paysages où figuraient des monuments et décrivit aussi les coutumes de divers peuples. Il organisa de nombreuses expositions personnelles à l’étranger, notamment aux États-Unis (de 1888 à 1891). En 1901, on proposa son nom comme candidat au premier prix Nobel de la paix.

Œuvres
Médressé (l’école religieuse) Chir-Dor sur la place Reguistan à Samarkand - 1869-1870, huile sur toile. Galerie nationale Tretiakov (Moscou)
Le Mausolée du Taj Mahal à Agra - 1874-1876, huile sur toile. Galerie nationale Tretiakov (Moscou)

© 2003, RCIP. Tous droits réservés.

Né dans le village de Bolchïe Soli, dans la province de Kostroma, en 1869. Mort à Riga, en 1938. Vinogradov était le fils d’un pope de campagne. Il reçut sa formation artistique à l’École de peinture, de sculpture et d’architecture de Moscou. V.D. Polénov eut une influence particulièrement forte sur le jeune peintre. Sous sa conduite, Vinogradov put trouver le thème de sa peinture de paysage : celui du plein air avec des effets de lumière, en général ceux d’un coucher de soleil. Après ses premiers tableaux portant surtout sur des scènes de genre, l’artiste s’est consacré au paysage impressionniste de 1900 jusqu’aux années 1910. En tant qu’Ambulant — membre de l’école russe de peintres réalistes de la seconde moitié du 19e siècle — Vinogradov participa à la création de l’Union des artistes russes en 1903. Elle réunit des peintres russes du début du 20e siècle. Initialement fondée sur les réalisation Pour en lire plus
Né dans le village de Bolchïe Soli, dans la province de Kostroma, en 1869. Mort à Riga, en 1938. Vinogradov était le fils d’un pope de campagne. Il reçut sa formation artistique à l’École de peinture, de sculpture et d’architecture de Moscou. V.D. Polénov eut une influence particulièrement forte sur le jeune peintre. Sous sa conduite, Vinogradov put trouver le thème de sa peinture de paysage : celui du plein air avec des effets de lumière, en général ceux d’un coucher de soleil. Après ses premiers tableaux portant surtout sur des scènes de genre, l’artiste s’est consacré au paysage impressionniste de 1900 jusqu’aux années 1910. En tant qu’Ambulant — membre de l’école russe de peintres réalistes de la seconde moitié du 19e siècle — Vinogradov participa à la création de l’Union des artistes russes en 1903. Elle réunit des peintres russes du début du 20e siècle. Initialement fondée sur les réalisations de l’art russe du 19e siècle, dans les domaines du paysage et des scènes de genre, elle a enrichi la peinture de son pays en lui apportant une nouvelle conception de la couleur et de la lumière proche de celle des impressionnistes. À partir de 1925, l’artiste vécut à Riga où il  fonda sa propre école des beaux-arts.

Œuvres
L’Automne dans le domaine - 1907, huile sur toile. Galerie nationale Tretiakov (Moscou)
Le Jardin. Pivoines en fleurs - 1910, papier sur carton, technique mixte. Musée régional des beaux-arts Soukatchev d’Irkoutsk

© 2003, RCIP. Tous droits réservés.

Né à Saint-Pétersbourg, en 1844. Mort à Petrograd, en 1920. Volkov fit des études à l’École des arts graphiques de la Société pour la promotion des arts et il fut auditeur libre (personne autorisée à assister à des cours universitaires, notamment à des conférences, sans avoir le statut officiel d’étudiant) à l’Académie des arts. Il vécut et travailla surtout à Saint-Pétersbourg et dans ses environs. En 1879, il entreprit un voyage avec Chichkine en Crimée. En 1888, il se rendit en Turquie, en Syrie, en Palestine, en Égypte et en Grèce. Il travailla aussi sur la Volga, à Pless, la ville préférée de Lévitan. Peintre de paysages, il était aussi connu comme illustrateur. On lui conféra le titre d’académicien et il fut membre de la Société des ambulants.

Pour en lire plus
Né à Saint-Pétersbourg, en 1844. Mort à Petrograd, en 1920. Volkov fit des études à l’École des arts graphiques de la Société pour la promotion des arts et il fut auditeur libre (personne autorisée à assister à des cours universitaires, notamment à des conférences, sans avoir le statut officiel d’étudiant) à l’Académie des arts. Il vécut et travailla surtout à Saint-Pétersbourg et dans ses environs. En 1879, il entreprit un voyage avec Chichkine en Crimée. En 1888, il se rendit en Turquie, en Syrie, en Palestine, en Égypte et en Grèce. Il travailla aussi sur la Volga, à Pless, la ville préférée de Lévitan. Peintre de paysages, il était aussi connu comme illustrateur. On lui conféra le titre d’académicien et il fut membre de la Société des ambulants.

Œuvres
Matin brumeux - 1890, huile sur toile. Musée-réserve national de Smolensk

© 2003, RCIP. Tous droits réservés.

Né dans la province de Kherson, en 1869. Mort à Chtcheglovsk, province de Tomsk, en 1919. L’artiste quitta la capitale au début du 20e siècle pour s’installer à Tomsk. En tant que mélomane, il introduisit dans les motifs de ses tableaux la poésie des romances et des chants folkloriques russes, où la destinée humaine est souvent associée à des images de la nature. Voutchitchevitch était un voyageur passionné qui a représenté, dans ses œuvres, les paysages variés de la région de l’Oural et de la Sibérie. Astronome amateur, il créa des vues de la lune, astre qu’il observait avec un télescope. En 1919, Voutchitchevitch et sa famille furent brutalement tués dans une propriété lointaine où cet artiste était venu s’établir en quête de paix et de solitude. Une grande partie de l'œuvre de ce maître a été perdue.

Œuvre
Pour en lire plus
Né dans la province de Kherson, en 1869. Mort à Chtcheglovsk, province de Tomsk, en 1919. L’artiste quitta la capitale au début du 20e siècle pour s’installer à Tomsk. En tant que mélomane, il introduisit dans les motifs de ses tableaux la poésie des romances et des chants folkloriques russes, où la destinée humaine est souvent associée à des images de la nature. Voutchitchevitch était un voyageur passionné qui a représenté, dans ses œuvres, les paysages variés de la région de l’Oural et de la Sibérie. Astronome amateur, il créa des vues de la lune, astre qu’il observait avec un télescope. En 1919, Voutchitchevitch et sa famille furent brutalement tués dans une propriété lointaine où cet artiste était venu s’établir en quête de paix et de solitude. Une grande partie de l'œuvre de ce maître a été perdue.

Œuvre
Les Pins au bord de la rivière - années 1910, huile sur toile. Musée national des beaux-arts de l’Altaï

© 2003, RCIP. Tous droits réservés.

Né à Lublin, en 1840 (?). Mort à Varsovie, en 1898. On pense que Vronski naquit à Lublin, où il a commencé sa formation artistique. Il fut accepté à l’École des beaux-arts de Varsovie en 1857. Après sa participation active au soulèvement antigouvernemental qui eut lieu en Pologne de 1863 à 1864, Vronski fut exilé en Sibérie. Il vécut d’abord dans la région de la Transbaïkalie et, à partir de 1870, à Irkoutsk où il ouvrit un atelier d’art. De 1880 à 1885, il enseigna les arts graphiques à l’École technique de cette ville. Il exécutait les commandes du gouverneur général de la Sibérie orientale ainsi que d’autres d’habitants d’Irkoutsk. Il peignait des paysages sibériens et travaillait à la réalisation de peintures décoratives. Il a participé avec des savants polonais exilés à des expéditions du département de la Sibérie orientale de la Société impériale russe de g&eac Pour en lire plus
Né à Lublin, en 1840 (?). Mort à Varsovie, en 1898. On pense que Vronski naquit à Lublin, où il a commencé sa formation artistique. Il fut accepté à l’École des beaux-arts de Varsovie en 1857. Après sa participation active au soulèvement antigouvernemental qui eut lieu en Pologne de 1863 à 1864, Vronski fut exilé en Sibérie. Il vécut d’abord dans la région de la Transbaïkalie et, à partir de 1870, à Irkoutsk où il ouvrit un atelier d’art. De 1880 à 1885, il enseigna les arts graphiques à l’École technique de cette ville. Il exécutait les commandes du gouverneur général de la Sibérie orientale ainsi que d’autres d’habitants d’Irkoutsk. Il peignait des paysages sibériens et travaillait à la réalisation de peintures décoratives. Il a participé avec des savants polonais exilés à des expéditions du département de la Sibérie orientale de la Société impériale russe de géographie. Vronski montrait ses tableaux à Irkoutsk, puis il les envoyait à Varsovie à l’occasion d’expositions. Après 1885, il vécut à Saint-Pétersbourg, mais il passa ses dernières années à Varsovie.

Œuvres
Tounká - 1876, huile sur toile. Musée régional des beaux-arts Soukatchev d’Irkoutsk

© 2003, RCIP. Tous droits réservés.

Né à Omsk, en 1856. Mort à Saint-Pétersbourg, en 1910. Vroubel n’a commencé à étudier la peinture qu’en 1880, après avoir obtenu son diplôme de la faculté de droit de l’Université de Saint-Pétersbourg. À l’Académie des beaux-arts, il a travaillé sous la conduite du professeur et graphiste P.P. Tchistiakov. Dès 1884, on a confié au jeune artiste la restauration de fresques anciennes à Kiev, dans l’église Kirillov du 12e siècle. Vroubel y réalisa aussi d’autres œuvres, notamment une iconostase, une icône de la mère de Dieu et une peinture murale. À Kiev, Vroubel fit également des esquisses de la peinture inachevée de la cathédrale Saint-Vladimir alors en construction, qui influèrent sur son style ultérieur et sur les sujets de certains de ses tableaux. À partir de 1890, il vécut à Moscou et fut un membre du cercle Abramtsevo. À cette époque, il se tourna dans sa peinture vers des motifs épiqu Pour en lire plus
Né à Omsk, en 1856. Mort à Saint-Pétersbourg, en 1910. Vroubel n’a commencé à étudier la peinture qu’en 1880, après avoir obtenu son diplôme de la faculté de droit de l’Université de Saint-Pétersbourg. À l’Académie des beaux-arts, il a travaillé sous la conduite du professeur et graphiste P.P. Tchistiakov. Dès 1884, on a confié au jeune artiste la restauration de fresques anciennes à Kiev, dans l’église Kirillov du 12e siècle. Vroubel y réalisa aussi d’autres œuvres, notamment une iconostase, une icône de la mère de Dieu et une peinture murale. À Kiev, Vroubel fit également des esquisses de la peinture inachevée de la cathédrale Saint-Vladimir alors en construction, qui influèrent sur son style ultérieur et sur les sujets de certains de ses tableaux. À partir de 1890, il vécut à Moscou et fut un membre du cercle Abramtsevo. À cette époque, il se tourna dans sa peinture vers des motifs épiques axés sur l’actualité, puis se lança dans la céramique. Il inventa une méthode de cuisson qui donnait à l’argile un lustre métallique. Par ailleurs, il dessina des décors et des costumes pour l’opéra privé de S.I. Mamontov. Dans les années 1890, Vroubel décora plusieurs propriétés à Moscou puis, en 1896, le pavillon des arts de la Foire industrielle de Nijni-Novgorod. À partir de 1902, l’artiste souffrit d’une profonde dépression, mais il continua à créer en tirant son inspiration de la vie. Pendant un répit de sa maladie de 1904 à 1905, il peignit des paysages et réalisa des œuvres d’arts graphiques, des natures mortes et des portraits.

Œuvres
Les Lilas - 1900, huile sur toile. Galerie nationale Tretiakov (Moscou)

© 2003, RCIP. Tous droits réservés.

Né à Torjok, dans la province de Tver, en 1864. Yavlenski fit des études à l’Académie des beaux-arts de Saint-Pétersbourg de 1890 à 1896. Il y rencontra M.V. Veriovkina, sa future compagne, dans l’atelier de I.Ie. Répine. En 1896, Yavlenski partit pour Munich où il fit des études à l’école d’Aschbe. Après avoir fait la connaissance de V.V. Kandinsky, il devint un membre actif de la Société du Cavalier bleu et de la Nouvelle association des arts de Munich. Avant la Première Guerre mondiale, l’artiste visita souvent son pays d’origine, mais en 1914, il s’installa en Suisse. En 1921, il créa le groupe des Quatre bleus (de Wiesbaden) avec Kandinsky, Lionel Feininger et Paul Klee. En 1933, le gouvernement fasciste allemand lui interdit d’exposer ses œuvres. Les tableaux de Yavlenski se distinguent toujours par la grande intensité de leurs couleurs. L’artiste a peint des portraits, des natures mortes, des paysages, ainsi que des compositions générales, qu’il appelait des « m&eac Pour en lire plus
Né à Torjok, dans la province de Tver, en 1864. Yavlenski fit des études à l’Académie des beaux-arts de Saint-Pétersbourg de 1890 à 1896. Il y rencontra M.V. Veriovkina, sa future compagne, dans l’atelier de I.Ie. Répine. En 1896, Yavlenski partit pour Munich où il fit des études à l’école d’Aschbe. Après avoir fait la connaissance de V.V. Kandinsky, il devint un membre actif de la Société du Cavalier bleu et de la Nouvelle association des arts de Munich. Avant la Première Guerre mondiale, l’artiste visita souvent son pays d’origine, mais en 1914, il s’installa en Suisse. En 1921, il créa le groupe des Quatre bleus (de Wiesbaden) avec Kandinsky, Lionel Feininger et Paul Klee. En 1933, le gouvernement fasciste allemand lui interdit d’exposer ses œuvres. Les tableaux de Yavlenski se distinguent toujours par la grande intensité de leurs couleurs. L’artiste a peint des portraits, des natures mortes, des paysages, ainsi que des compositions générales, qu’il appelait des « méditations ».

Œuvres
La Montagne - 1905, huile sur carton. Musée régional des beaux-arts Vroubel d’Omsk

© 2003, RCIP. Tous droits réservés.

Né à Moscou, en 1875. Mort à Moscou, en 1958. Toute la vie de cet artiste est liée à Moscou, où il est né et où il a reçu sa formation artistique à l’École de peinture, de sculpture et d’architecture de cette ville. Au cours des années 1900, Youon voyagea dans toute l’Europe puis, en 1906, il exposa ses œuvres au Salon d’automne, à Paris. En 1903, il fut l’un des fondateurs de l’Union des artistes russes. Il fut ensuite membre du groupe du Monde de l’art et de l’Association des artistes de la Russie révolutionnaire. Youon se consacra surtout au paysage lyrique, mais il fit aussi des réalisations pour le théâtre ; de plus, il fut professeur avec I.O. Dudine à l’École des beaux-arts de Moscou et dans d’autres établissements d’enseignement des arts. Il aimait surtout peindre Moscou, Nijni-Novgorod, Sergïev Posad et Rostov Veliki. Youon combinait souvent un paysage avec des compositions aux multiples figures qui représentaient des congés et des festivit&eacut Pour en lire plus
Né à Moscou, en 1875. Mort à Moscou, en 1958. Toute la vie de cet artiste est liée à Moscou, où il est né et où il a reçu sa formation artistique à l’École de peinture, de sculpture et d’architecture de cette ville. Au cours des années 1900, Youon voyagea dans toute l’Europe puis, en 1906, il exposa ses œuvres au Salon d’automne, à Paris. En 1903, il fut l’un des fondateurs de l’Union des artistes russes. Il fut ensuite membre du groupe du Monde de l’art et de l’Association des artistes de la Russie révolutionnaire. Youon se consacra surtout au paysage lyrique, mais il fit aussi des réalisations pour le théâtre ; de plus, il fut professeur avec I.O. Dudine à l’École des beaux-arts de Moscou et dans d’autres établissements d’enseignement des arts. Il aimait surtout peindre Moscou, Nijni-Novgorod, Sergïev Posad et Rostov Veliki. Youon combinait souvent un paysage avec des compositions aux multiples figures qui représentaient des congés et des festivités populaires. Le paysage était cependant toujours l’élément principal de sa représentation. Youon n’était pas seulement un peintre, mais encore un critique d’art. Il dirigea pendant plusieurs années le département de théorie et d’histoire des beaux-arts de l’Institut de recherche scientifique de Moscou.

Œuvres
Liberté. L’abreuvoir (Liguatchevo). - 1917, huile sur toile. Musée régional des beaux-arts Soukatchev d’Irkoutsk

© 2003, RCIP. Tous droits réservés.

Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :
  • approfondir ses connaissances en ce qui concerne quelques-uns des peintres paysagistes les plus réputés au Canada et en Russie (1860-1940);
  • établir des liens entre les expériences, le lieu géographique et l’époque des peintres paysagistes, et le style et les éléments de leurs œuvres;
  • comparer le vécu de peintres paysagistes qui travaillaient en Russie et au Canada de 1860 à 1940.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons