La plupart des soldats canadiens se sont entraînés longtemps en Grande-Bretagne avant d’aller combattre les Allemands en Europe. Les Cameron Highlanders of Ottawa (MIT) étaient une unité de mitrailleuses et ils devaient assurer un appui d’artillerie lourde à des unités d’infanterie plus légèrement armées. Pour les Cameron, une bonne partie de l’instruction sur le maniement des armes était consacrée à la mitrailleuse Vickers. La Vickers avait été utilisée pendant la Première Guerre mondiale et demeurait une arme excellente. Elle était refroidie par liquide et tirait des munitions de calibre .303 défilant dans des bandes-chargeur dans la chambre de percussion.
La plupart des soldats canadiens se sont entraînés longtemps en Grande-Bretagne avant d’aller combattre les Allemands en Europe. Les Cameron Highlanders of Ottawa (MIT) étaient une unité de mitrailleuses et ils devaient assurer un appui d’artillerie lourde à des unités d’infanterie plus légèrement armées. Pour les Cameron, une bonne partie de l’instruction sur le maniement des armes était consacrée à la mitrailleuse Vickers. La Vickers avait été utilisée pendant la Première Guerre mondiale et demeurait une arme excellente. Elle était refroidie par liquide et tirait des munitions de calibre .303 défilant dans des bandes-chargeur dans la chambre de percussion.

© 2002, RCIP. Tous droits réservés.

Mitrailleuse Vickers

Membres des Cameron pendant un exercice de tir sur mitrailleuse semi-lourde Vickers, Grande-Bretagne, vers 1942.

Ken Reynolds
vers 1942
ROYAUME-UNI
Ontario, CANADA
© Le Musée régimentaire, The Cameron Highlanders of Ottawa


L’armée britannique a adopté la mitrailleuse légère Bren en 1937. Cette arme était la mitrailleuse réglementaire des unités d’infanterie britanniques et canadiennes pendant la Seconde Guerre mondiale. Chaque groupe d’infanterie était doté d’une section de mitrailleuses Bren pour l’appui rapproché à l’arme automatique. Conçu pour se transporter facilement, la mitrailleuse Bren permettait d’appuyer la tactique par un tir automatique pouvant être rapidement déplacé. Il s’agissait d’une grande amélioration en comparaison des anciennes mitrailleuses légères Lewis qui, en raison de leur poids et de leur dimension, ne pouvaient servir aux attaques rapides.

La mitrailleuse Bren était aussi utilisée comme arme antiaérienne et elle a joué un rôle important contre les aéronefs allemands durant la bataille d’Angleterre.

Caractéristiques techniques : La mitrailleuse Bren était fabriquée à l’Armurerie royale d&rsqu Pour en lire plus
L’armée britannique a adopté la mitrailleuse légère Bren en 1937. Cette arme était la mitrailleuse réglementaire des unités d’infanterie britanniques et canadiennes pendant la Seconde Guerre mondiale. Chaque groupe d’infanterie était doté d’une section de mitrailleuses Bren pour l’appui rapproché à l’arme automatique. Conçu pour se transporter facilement, la mitrailleuse Bren permettait d’appuyer la tactique par un tir automatique pouvant être rapidement déplacé. Il s’agissait d’une grande amélioration en comparaison des anciennes mitrailleuses légères Lewis qui, en raison de leur poids et de leur dimension, ne pouvaient servir aux attaques rapides.

La mitrailleuse Bren était aussi utilisée comme arme antiaérienne et elle a joué un rôle important contre les aéronefs allemands durant la bataille d’Angleterre.

Caractéristiques techniques : La mitrailleuse Bren était fabriquée à l’Armurerie royale d’Enfield Lock. Calibre é303 (britannique), longueur hors-tout de 1,150 mm (42,5 po), poids à vide de 10,15 kg (22,38 lb), canon de 635 mm (25 po), système d’alimentation comprenant un chargeur détachable de 30 coups, une cadence de tir de 500 coups/minute et une vitesse initiale de 731 mètres/seconde (2 400 pieds/seconde). L’équipement de la mitrailleuse Bren comprend un trépied, une bâche couvre-pièce, un jeu de pièces de rechange, une boîte de chargeurs, des pochettes pour ranger les chargeurs.

© 2002, RCIP. Tous droits réservés.

Mitrailleuse légère Bren

Agencement du matériel pour une chenillette porte-Bren, 1940.

Musée et archives régimentaires du Princess Patricia's Canadian Light Infantry
vers 1940
ROYAUME-UNI
© Musée et archives régimentaires du Princess Patricia's Canadian Light Infantry


Les mines antichar se sont avérées l’une des armes défensives les plus efficaces de la guerre. Les mines pouvaient protéger un vaste secteur sans aucune autre présence militaire.

Les mines antichar étaient souvent utilisées en combinaison avec des mines antipersonnel, de sorte qu’il était difficile pour l’armée qui s’avançait d’enlever les mines antichar.

Une méthode permettant d’éviter les mines a été mise au point par le peloton du lieutenant C.S. Munro, du Princess Patricia’s Canadian Light Infantry. Il s’agissait d’envoyer des éclaireurs dans l’espoir qu’ils en pourraient surprendre les Allemands en train de poser des mines. S’ils réussissaient, les soldats pouvaient alors pénétrer dans le champ de mines et désamorcer les mines.
Les mines antichar se sont avérées l’une des armes défensives les plus efficaces de la guerre. Les mines pouvaient protéger un vaste secteur sans aucune autre présence militaire.

Les mines antichar étaient souvent utilisées en combinaison avec des mines antipersonnel, de sorte qu’il était difficile pour l’armée qui s’avançait d’enlever les mines antichar.

Une méthode permettant d’éviter les mines a été mise au point par le peloton du lieutenant C.S. Munro, du Princess Patricia’s Canadian Light Infantry. Il s’agissait d’envoyer des éclaireurs dans l’espoir qu’ils en pourraient surprendre les Allemands en train de poser des mines. S’ils réussissaient, les soldats pouvaient alors pénétrer dans le champ de mines et désamorcer les mines.

© 2002, RCIP. Tous droits réservés.

 « 'Pats' Maintaining Reputation As Great Patrolling Troops » (Les gars du Princess Patricia demeurent les champions de la pa

« 'Pats' Maintaining Reputation As Great Patrolling Troops » (Les gars du Princess Patricia demeurent les champions de la patrouille), article de Louis V. Hunter, correspondant de guerre de la Presse canadienne en Italie. L'article fait mention des mines antichar utilisées au combat. Source inconnue.

Louis V. Hunter

© Musée et archives régimentaires du Princess Patricia's Canadian Light Infantry


Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :
  • comprendre la participation et le rôle des Forces canadiennes pendant la Seconde Guerre mondiale;
  • étudier les contributions, les sacrifices et les expériences vécues par les individus qui ont participé aux opérations militaires pendant la Seconde Guerre mondiale;
  • identifier les principaux endroits où se sont déroulées les opérations militaires auxquelles a pris part le Canada pendant la Seconde Guerre mondiale;
  • étudier les armes et la technologie employées par les soldats canadiens.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons