Dans le passé, les maquettes de kayak étaient des jouets, mais sont maintenant des objets d’art inuit que l’on peut commercialiser. Une scie circulaire sur table et une scie à ruban sont les deux outils principaux pour aider à la fabrication. Si le kayak est recouvert de peau de phoque, de nombreuses imperfections faites par les élèves débutants seront couvertes. Fabriquer l’habitacle présente un problème difficile mais le cintrage au tuyau chaud est une solution.
Dans le passé, les maquettes de kayak étaient des jouets, mais sont maintenant des objets d’art inuit que l’on peut commercialiser. Une scie circulaire sur table et une scie à ruban sont les deux outils principaux pour aider à la fabrication. Si le kayak est recouvert de peau de phoque, de nombreuses imperfections faites par les élèves débutants seront couvertes. Fabriquer l’habitacle présente un problème difficile mais le cintrage au tuyau chaud est une solution.

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.

Charpente du kayak

Le kayak entier peut être fabriqué en 28 heures, couture de la peau de phoque comprise.

John Jamieson, Tony Appaqaq

© 2008 Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Kayak entier

Le premier kayak fabriqué par un ancien, Lucassie Ohaytook, pour servir de modèle à suivre, faisait 39 pouces de long. En fonction de la quantité de bois disponible, on essaie de suivre la longueur et le plan.

John Jamieson, Tony Appaqaq
MaryJane McCrea, Sophie DeLaporte

© 2008 Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Découper les plats-bords

Le bois de tilleul est le meilleur choix, puisqu’il présente peu de nœuds et est très tendre et souple. Cependant, vous serez peut-être obligé de couper des planches de 2" sur 4". La largeur est d’environ 3/8" sur 1" d’épaisseur. Utiliser un guide de coupe. (Instrument de sécurité retiré sur la photo).

John Jamieson, Tony Appaqaq
MaryJane McCrea, Sophie DeLaporte

© 2008 Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Blocs de bois

Chaque bloc de bois pour les plats-bords doit relativement bien s’assembler. Puisque les plats-bords devront suivre une courbe, il est essentiel de ne pas avoir d’imperfections dans le bois, particulièrement des nœuds.

John Jamieson, Tony Appaqaq

© 2008 Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Tracer à partir d’un plan

Un ancien a créé le premier kayak dont on utilise les plans. Il serait avantageux de demander conseil sur l’avant et l’arrière du kayak. On peut trouver des indices à partir des images de ce projet. La longueur est de 39".

John Jamieson, Tony Appaqaq

© 2008 Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Découper l’ébauche à la scie à ruban

Découper à la scie à ruban l’ébauche tracée. On peut utiliser une scie sauteuse à la place d’une scie à ruban. Avertir les élèves de garder leurs doigts éloignés de la lame. Garder un bâton poussoir à proximité pour aider à déplacer les plats-bords.

John Jamieson, Tony Appaqaq
MaryJane McCrea, Sophie DeLaporte

© 2008 Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Clouer les plats-bords

Utiliser 4 à 6 petits clous de finition pour assembler 2 plats-bords. Les plats-bords doivent s’assembler parfaitement.

John Jamieson, Tony Appaqaq

© 2008 Najuqsivik Community Museum Tous droits réservés.


Raboter l’ébauche au rabot de finition

Utiliser un petit rabot de finition pour que l’ébauche soit exactement la même.

John Jamieson, Tony Appaqaq

© 2008 Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Limer les courbes intérieures à la lime à bois

Le rabot de finition est excellent pour les courbes extérieures, mais n’a aucune utilité pour les courbes intérieures. Utiliser une lime à bois pour que les ébauches s’assemblent.

John Jamieson, Tony Appaqaq
MaryJane McCrea, Sophie DeLaporte

© 2008 Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Marquer l’extérieur des plats-bords

Les plats-bords ont un côté gauche et un côté droit. Il est essentiel d’annoter l’ “extérieur” sur chaque plat-bord. On doit rappeler aux élèves de ne pas toucher l’extérieur des plats-bords. De plus, il est mieux d’écrire le nom de l’élève sur l’extérieur.

John Jamieson, Tony Appaqaq

© 2008 Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Marquer en couleur le dessus des plats-bords

On va retirer du bois sur l’intérieur des plats-bords. Il sera effilé d’1/4" sur le dessus vers le bas. En marquant une ligne noire sur le dessus, l’élève effilera le bois vers le bas jusqu’à élimination de la marque noire. Le dessous ne devrait pas être raboté.

John Jamieson, Tony Appaqaq
MaryJane McCrea, Sophie Delaporte

© 2008 Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Raboter l’intérieur des plats-bords.

S’assurer que les plats-bords sont annotés “extérieur et intérieur”. Raboter l’intérieur (en rouge sur la photo), mais ne pas toucher à la partie en noir.

John Jamieson, Tony Appaqaq

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Les plats-bords doivent être rabotés

Les plats-bords doivent être rabotés. On ne touche pas l’extérieur des plats-bords. Ce plat-bord a été découpé pour permettre de l'observer.

John Jamieson, Tony Appaqaq

© 2008 Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


INSERER L’OSSATURE DE L’HABITACLE ET LES ARRIMER

Percer des trous pour l’ossature de l’habitacle et l’insérer. Tirer les bouts des plats-borts et les arrimer fermement ensemble. Faire une entaille dans les plats-bords facilite l’arrimage.

John Jamieson, Tony Appaqaq

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Insérer la charpente du pont

Percer des trous dans les côtés des plats-bords et insérer les baguettes à placer en travers. Percer des trous dans les baguettes et les plats-bords et les coudre en place, en continuant le long de l’intérieur des plats-bords.

John Jamieson, Tony Appaqaq
MaryJane McCrea, Sophie DeLaporte

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Les arêtes stabilisent le pont

Découper les arêtes (épine dorsale) du pont et les coudre aux charpentes du pont. Ceci stabilise le pont. Les arêtes partent de l’avant de l’habitacle vers l’avant du kayak et de l’arrière de l’habitacle jusqu'à l’arrière du kayak.

John Jamieson, Tony Appaqaq
MaryJane McCrea, Sophie DeLaporte

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


PROFONDEUR (D’INSERTION) DES MEMBRURES

Tailler en pointe le bout des membrures et les insérer dans les trous des plats-bords. Déterminer jusqu’où la membrure va et l’annoter.

John Jamieson, Tony Appaqaq

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


LARGEUR DES MEMBRURES

La largeur des membrures est très importante. S’assurer que la largeur du dessous reste à l’intérieur de la largeur des plats-bords. Le plus gros problème avec les membrures est qu’elles pourraient dépasser des bords du kayak. Marquer l’endroit ou les membrures plieront. CES MARQUES DOIVENT RESTER A L’INTERIEUR DES PLATS-BORDS.

John Jamieson, Tony Appaqaq

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Faire une petite encoche pour plier

Dans le passé, les anciens mordaient les coins des membrures pour faciliter leur pliage. Il est plus facile de faire une petite encoche au niveau du pli avec une scie à ruban ou une lime et/ou frapper la membrure au marteau. Etant donné qu’on travail du bois tendre, il casse souvent.

John Jamieson, Tony Appaqaq

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Faire bouillir l’eau pour aider à plier

Tremper la membrure préalablement encochée, dans de l’eau bouillante, aide à plier les coins. Plier doucement.

John Jamieson, Tony Appaqaq

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


INSERER LES MEMBRURES DANS LES TROUS DES PLATS-BORDS

Insérer les membrures dans les trous des plats-bords. Une goutte de colle aide à maintenir les membrures en place jusqu'à l’installation de la quille.

John Jamieson, Tony Appaqaq

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


On peut fabriquer une cale de maintien pour tenir les parties de la quille

On peut fabriquer une cale de maintien courbée pour maintenir les parties de la quille, leur permettant d’être défoncées sur la surface interne. La quille est placée verticalement le long des deux cotés du kayak, empêchant ainsi aux pliures de se défaire et de ressortir des côtés du kayak. Il est toujours très difficile de plier les parties de la quille sur les côtés puisqu’on doit raboter le devant pour lui permettre de se plier près du bâti du kayak.

John Jamieson, Tony Appaqaq
MaryJane McCrea, Sophie Delaporte

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


DEFONCER LA QUILLE DE COTE

Une partie de la quille est défoncée pour permettre aux membrures de reposer contre le côté de la quille.

John Jamieson, Tony Appaqaq

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Insérer les quilles de côté et l’arête centrale

Coudre les quilles de côté et l’arête centrale.

John Jamieson, Tony Appaqaq

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


FABRIQUER UN OUTIL DE CINTRAGE A BOIS

Lorsqu’on plie le bois, il est essentiel de le garder fermement en place. Un outil de cintrage en métal est équipé de deux extrémités en métal qui tiendront le bois, empêchant la circonférence d’une courbe de craquer. Les extrémités sont chacune à une distance fixe pour maintenir le bois de l’habitacle.

John Jamieson, Tony Appaqaq

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Le bois "attrapé"

Le bois dur doit tenir exactement entre les deux bouts. On doit fabriquer une cale qui donnera sa forme au bois après avoir été réchauffé sur un tuyau.

John Jamieson, Tony Appaqaq

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


CINTRAGE SUR TUYAU CHAUFFER

On crée un tuyau spécial pour permettre à un réchaud à propane de réchauffer le tuyau. Tremper le bois dans de l’eau et le frotter d’un mouvement de va et vient sur le tuyau. En une minute ou deux la première couche de bois se relâche (elle fond) et le bois se plie. On doit rapidement le placer sur la courbe de la cale qui lui donnera sa forme.

John Jamieson, Tony Appaqaq

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Retirer l’outil de cintrage du tuyau chaud et le tirer autour de la cale de bois

Retirer l’outil de cintrage du tuyau chaud et le tirer autour de la cale de bois arrondie qui est aux dimensions de l’habitacle. Maintenir les poignées en place dans un étau pendant quelques instants.

John Jamieson, Tony Appaqaq

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Ajouter un dossier

Percer les trous dans l’habitacle et y coudre un dossier.

John Jamieson, Tony Appaqaq

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


La finition est prête pour la peau de phoque

Les élèves passent en moyenne 25 heures jusqu'à cette étape. Il faudra encore 3 heures pour installer la couverture en peau de phoque.

John Jamieson, Tony Appaqaq

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Objectifs d'apprentissage

Les anciens Inuits voulaient que l’art de la fabrication des maquettes de kayaks soit entretenu. Dans le passé, ces maquettes étaient utilisées comme jouets pour enfants, mais aujourd’hui elles sont devenues une forme artistique. Ainsi, les élèves vendent leurs maquettes. Les maquettes sont construites de façon semblable au kayak de taille réelle. Le produit demande peu de technologie à part une scie circulaire sur table et une scie à ruban.


Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons