EXPLORATEUR : Capitaine James Cook (1728-1779)

ORIGINE: Angleterre

NAVIGUÉ AVEC : Charles Clerke (1741-1779), commandant du Discovery, Tobias Furneaux (1735-1781), commandant du Adventure

DATES IMPORTANTES : Le Resolution a levé les voiles en 1776; a atteint le Pacifique Nord-Ouest en 1778

VOYAGE : Par mer

NAVIRES : Les charbonniers transformés Resolution et Discovery; Cook a navigué à bord de l’Endeavour lors de sa première expédition et a commandé le Resolution et l’Adventure lors de sa deuxième expédition

BUT POTENTIEL Pour en lire plus
EXPLORATEUR : Capitaine James Cook (1728-1779)

ORIGINE: Angleterre

NAVIGUÉ AVEC : Charles Clerke (1741-1779), commandant du Discovery, Tobias Furneaux (1735-1781), commandant du Adventure

DATES IMPORTANTES : Le Resolution a levé les voiles en 1776; a atteint le Pacifique Nord-Ouest en 1778

VOYAGE : Par mer

NAVIRES : Les charbonniers transformés Resolution et Discovery; Cook a navigué à bord de l’Endeavour lors de sa première expédition et a commandé le Resolution et l’Adventure lors de sa deuxième expédition

BUT POTENTIEL : Recherche du Passage du Nord-Ouest; recherche de ressources; collection de données scientifiques et ethnographiques

© 2007 Maritime Museum of British Columbia

Vidéo

Une carte montrant les voyages du capitaine Cook

Maritime Museum of British Columbia

© 2007 Maritime Museum of British Columbia


James Cook est né le 27 octobre 1728 dans le village de Marton-in-Cleveland, dans le Yorkshire. Son père était journalier agricole et Cook a reçu son éducation à l’école du village aux frais de l’employeur de son père. Il a commencé un apprentissage chez un épicier à l’âge de dix-sept ans, mais il est parti pour entreprendre un autre apprentissage, cette fois chez un transporteur de charbon à Whitby. Il a commencé à naviguer dans la mer du Nord dans le cadre du commerce du charbon, apprenant rapidement dans les eaux agitées. Les futurs navires d’expédition de Cook allaient être des charbonniers bâtis à Whitby, montrant ainsi sa confiance envers les navires du commerce du charbon.

En 1755, Cook s’est porté volontaire dans les forces navales en tant que matelot de 2e classe et il a été promu officier de pont après seulement un mois. Il a continué à servir dans la Marine royale durant la guerre de Sept Ans, dans laquelle il a été actif en Europe et en Amérique du Nord. Cook était au siège de Louisbourg et il a effectué des levés topographiques du Saint-Laurent. Il a continué à approfondir ses connaissances en mathématique et en astr Pour en lire plus
James Cook est né le 27 octobre 1728 dans le village de Marton-in-Cleveland, dans le Yorkshire. Son père était journalier agricole et Cook a reçu son éducation à l’école du village aux frais de l’employeur de son père. Il a commencé un apprentissage chez un épicier à l’âge de dix-sept ans, mais il est parti pour entreprendre un autre apprentissage, cette fois chez un transporteur de charbon à Whitby. Il a commencé à naviguer dans la mer du Nord dans le cadre du commerce du charbon, apprenant rapidement dans les eaux agitées. Les futurs navires d’expédition de Cook allaient être des charbonniers bâtis à Whitby, montrant ainsi sa confiance envers les navires du commerce du charbon.

En 1755, Cook s’est porté volontaire dans les forces navales en tant que matelot de 2e classe et il a été promu officier de pont après seulement un mois. Il a continué à servir dans la Marine royale durant la guerre de Sept Ans, dans laquelle il a été actif en Europe et en Amérique du Nord. Cook était au siège de Louisbourg et il a effectué des levés topographiques du Saint-Laurent. Il a continué à approfondir ses connaissances en mathématique et en astronomie pour les utiliser dans des levés hydrographiques et il a travaillé le long de la côte de la Nouvelle-Écosse, de Terre-Neuve et du Labrador. En 1776, Cook a attiré l’attention de la Société royale et de l’Amirauté après avoir suivi une éclipse solaire et transcrit ses observations, aidant ainsi à déterminer la longitude de Terre-Neuve.

En 1768, Cook a été choisi pour commander l’Endeavour lors d’une expédition scientifique et exploratoire dans le Pacifique Sud. À son retour, il a été promu au rang de commandant, une promotion dans la marine et dans la société. Il a dirigé sa deuxième expédition dans l’hémisphère Sud en 1772 et il a testé un modèle de chronomètre (un instrument pour déterminer la longitude) dans des tests marins de longue distance. Il a été promu capitaine de poste. Par la suite, Cook a pris sa retraite et il a accepté un poste à l’Hôpital Greenwich pour marins et il a été unanimement élu membre de la Société royale en février 1776. Désireux de retourner à la mer, il a quitté sa retraite, sa femme et ses six enfants pour effectuer son dernier voyage en 1776. Il a été tué le 14 février 1779 lors d’une expédition. Ses écrits et ses cartes d’expédition ont été publiés après sa mort.

© 2007 Maritime Museum of British Columbia

Une illustration du capitaine Cook

Une illustration du capitaine Cook

Maritime Museum of British Columbia

© 2007 Maritime Museum of British Columbia


Cet extrait a été écrit du 23 au 26 avril 1778. Cook parlait de sa visite à la baie de Nootka. L’extrait révèle l’approche encyclopédique pour faire des observations lors d’une expédition et le processus de préparation pour aller en mer.

« M. Webber, qui m’accompagnait là, a fait des dessins de tout ce qui était curieux, à l’intérieur aussi bien qu’à l’extérieur. J’ai également eu l’occasion d’inspecter de plus près la construction des maisons, des meubles et des ustensiles ainsi que les remarquables particularités des habitudes et des modes de vie des habitants. Lorsque nous avons terminé toutes nos activités dans ce village [à la baie Nootka], les Autochtones et nous nous sommes quittés de très bons amis et nous sommes arrivés aux navires en après-midi.

Les trois jours suivants ont été utilisés à se préparer à prendre la mer, les voiles étaient pliées, les observatoires et instruments, les cuves de brassage et autres choses ont été ramenés de la rive. Quelques petits mâts pour différentes utilisations ainsi que des pièces de bois qui pouvaient être oc Pour en lire plus
Cet extrait a été écrit du 23 au 26 avril 1778. Cook parlait de sa visite à la baie de Nootka. L’extrait révèle l’approche encyclopédique pour faire des observations lors d’une expédition et le processus de préparation pour aller en mer.

« M. Webber, qui m’accompagnait là, a fait des dessins de tout ce qui était curieux, à l’intérieur aussi bien qu’à l’extérieur. J’ai également eu l’occasion d’inspecter de plus près la construction des maisons, des meubles et des ustensiles ainsi que les remarquables particularités des habitudes et des modes de vie des habitants. Lorsque nous avons terminé toutes nos activités dans ce village [à la baie Nootka], les Autochtones et nous nous sommes quittés de très bons amis et nous sommes arrivés aux navires en après-midi.

Les trois jours suivants ont été utilisés à se préparer à prendre la mer, les voiles étaient pliées, les observatoires et instruments, les cuves de brassage et autres choses ont été ramenés de la rive. Quelques petits mâts pour différentes utilisations ainsi que des pièces de bois qui pouvaient être occasionnellement sciées en planches ont été préparés et montés à bord et les navires ont été nettoyés et mis en état de naviguer.

Tout étant maintenant prêt au matin du 26, j’avais l’intention de prendre la mer, mais le vent et la marée étaient contre nous, j’ai été obligé d’attendre jusqu’à midi lorsque le vent du sud-ouest a fait place à une accalmie; la marée a changé en notre faveur, nous avons largué les amarres et avec nos bateaux, nous avons remorqué les navires hors de l’anse. Le mercure du baromètre est descendu anormalement bas. Nous avions également tous les signes avant-coureurs de l’approche d’une tempête, qui nous laissaient croire qu’elle viendrait du sud; cela m’a fait hésiter un peu, car la nuit approchait, pour voir si je devais m’aventurer à naviguer ou attendre au lendemain. Mais mon impatience à aller de l’avant avec le voyage et la peur de perdre cette occasion de sortir de la baie laissant une plus grande impression dans ma pensée que toute appréhension du danger, j’ai décidé de prendre la mer de toute façon. »

© 2007 Maritime Museum of British Columbia

James Cook a fait partie d’une expédition d’exploration dans l’Est du Canada à la fin des années 1750 et d’une expédition de levés hydrographiques de Terre-Neuve en 1766. Il était aux commandes de trois « voyages de découverte ». Le premier est parti en 1768. Cook était aux commandes de la barque Endeavour, qui a navigué jusqu’à Tahiti pour observer et noter le passage de la planète Vénus dans l’espoir que l’information soit utile pour les navigateurs. Ses levés des îles de la Nouvelle-Zélande ont duré jusqu’en avril 1770, après quoi il s’est dirigé vers l’ouest, atteignant la Nouvelle-Galles-du-Sud, en Australie. Il a rencontré la Grande Barrière, qui a presque mis fin à l’expédition en causant des dommages à la coque de l’Endeavour. Cook est revenu en Grande-Bretagne le 12 juillet 1771.

Le deuxième « voyage de découverte » a débuté presque exactement un an après son retour, alors qu’il a quitté Plymouth le 13 juillet 1772. On avait décidé que Cook naviguerait avec un nouveau navire, semb Pour en lire plus
James Cook a fait partie d’une expédition d’exploration dans l’Est du Canada à la fin des années 1750 et d’une expédition de levés hydrographiques de Terre-Neuve en 1766. Il était aux commandes de trois « voyages de découverte ». Le premier est parti en 1768. Cook était aux commandes de la barque Endeavour, qui a navigué jusqu’à Tahiti pour observer et noter le passage de la planète Vénus dans l’espoir que l’information soit utile pour les navigateurs. Ses levés des îles de la Nouvelle-Zélande ont duré jusqu’en avril 1770, après quoi il s’est dirigé vers l’ouest, atteignant la Nouvelle-Galles-du-Sud, en Australie. Il a rencontré la Grande Barrière, qui a presque mis fin à l’expédition en causant des dommages à la coque de l’Endeavour. Cook est revenu en Grande-Bretagne le 12 juillet 1771.

Le deuxième « voyage de découverte » a débuté presque exactement un an après son retour, alors qu’il a quitté Plymouth le 13 juillet 1772. On avait décidé que Cook naviguerait avec un nouveau navire, semblable à l’Endeavour et qu’un navire de conserve accompagnerait le navire de commandement pour des raisons de sécurité. Deux navires solidement bâtis pour le commerce du charbon ont été choisis : le Resolution, dirigé par Cook, et l’Adventure, commandé par Tobias Furneaux. George Vancouver faisait partie de l’équipage qui travaillait à bord du Resolution. Le deuxième voyage a aussi été concentré sur l’hémisphère Sud, avec le but ultime de trouver la présence théorique d’un vaste continent. Ils ont fait l’étude topographique de plusieurs îles dans le Pacifique Sud, de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande et de la Nouvelle-Guinée avant de traverser le cercle de l’Antarctique, voyageant dans l’écoulement glaciaire du pôle Sud.

Ils sont revenus en Grande-Bretagne le 30 juillet 1775, trois ans et dix-huit jours après leur départ.

Le lancement du troisième « voyage de découverte » a eu lieu le 12 juillet 1776 avec le Resolution. Charles Clerke, aux commandes du nouveau navire Discovery, a pris la mer en août et il a rencontré Cook à Capetown, sur la côte sud de l’Afrique, en novembre. Ils ont utilisé la Tasmanie, la Nouvelle-Zélande, Tonga ainsi que les îles Sandwich, ou Hawaii, comme lieu de repos et de ravitaillement, car la destination était le Pacifique Nord-Ouest. Vancouver a de nouveau navigué sous les commandes de Cook en tant qu’aspirant à bord du Discovery. En mars 1777, ils ont remarqué ce que sir Francis Drake avait appelé la « Nouvelle-Albion », soit le Pacifique Nord-Ouest le long de la côte de l’Oregon. Ils ont navigué vers le nord, s’arrêtant à la baie Nootka pour continuer par la suite vers les Aléoutiennes et l’Unalaska dans leur recherche d’un Passage du Nord-Ouest. La glace a ralenti leur progrès dans le détroit de Béring à un endroit qu’ils ont nommé cap Glacé. À la fin d’octobre, ils ont navigué vers les îles Sandwich avec l’intention d’y passer l’hiver.

Après la mort de Cook à Hawaii, Clerke, le commandant adjoint, a dirigé l’expédition vers le nord à la péninsule Kamchatka et dans le détroit de Béring. Le capitaine Clerke est mort le 22 août 1779, probablement de tuberculose. Le capitaine Gore, qui était le premier lieutenant sur le Resolution, a pris les commandes, faisant un arrêt à Macao en décembre avant de se rendre dans l’océan Indien en contournant le cap africain. Ils sont revenus le 4 octobre 1780.

© 2007 Maritime Museum of British Columbia

Carte maritime de la côte du Pacifique Nord-Ouest explorée par le capitaine Cook

Carte maritime de la côte du Pacifique Nord-Ouest explorée par le capitaine Cook

The National Maritime Museum, Londres

© National Maritime Museum


Selon la publication Admiralty publiée en 1784, la troisième expédition du capitaine Cook a été « entreprise, sur les ordres de Sa Majesté, pour faire des découvertes dans l’hémisphère Nord afin de déterminer la position et l’étendue du côté Ouest de l’Amérique du Nord, sa distance de l’Asie et la praticabilité d’un passage du Nord vers l’Europe ». Les membres de l’expédition ont vu la côte entre les latitudes 44 o et 45 o, au large de ce qui est maintenant l’État d’Oregon, le 7 mars 1777, et ont mis le cap vers le nord à la recherche du Passage du Nord-Ouest. Le Resolution et le Discovery ont navigué dans ce qu’ils ont appelé la baie du Roi George en avril 1778. Bientôt connue sous le nom de baie Nootka, elle s’est avérée être un bras de mer protégé et les gens étaient accueillants et intéressés par le commerce. Ils ont échangé des peaux de loutres de mer et d’autres animaux ainsi que des sculptures contre du fer et des objets en métal. Cook et son équipa Pour en lire plus
Selon la publication Admiralty publiée en 1784, la troisième expédition du capitaine Cook a été « entreprise, sur les ordres de Sa Majesté, pour faire des découvertes dans l’hémisphère Nord afin de déterminer la position et l’étendue du côté Ouest de l’Amérique du Nord, sa distance de l’Asie et la praticabilité d’un passage du Nord vers l’Europe ». Les membres de l’expédition ont vu la côte entre les latitudes 44 o et 45 o, au large de ce qui est maintenant l’État d’Oregon, le 7 mars 1777, et ont mis le cap vers le nord à la recherche du Passage du Nord-Ouest. Le Resolution et le Discovery ont navigué dans ce qu’ils ont appelé la baie du Roi George en avril 1778. Bientôt connue sous le nom de baie Nootka, elle s’est avérée être un bras de mer protégé et les gens étaient accueillants et intéressés par le commerce. Ils ont échangé des peaux de loutres de mer et d’autres animaux ainsi que des sculptures contre du fer et des objets en métal. Cook et son équipage ont pris des notes et ils ont fait des dessins du peuple Mowachaht et des paysages environnants.

À la fin d’avril, reposé et ravitaillé, l’équipage du Resolution et du Discovery a mis le cap sur sa route vers le nord, portant peu d’attention aux latitudes entre 50 o et 55 o et se concentrant sur sa mission de trouver le Passage du Nord-Ouest. Cook a consulté des cartes russes contenant de l’information sur les expéditions au Kamchatka. À la mi-mai, l’expédition a accosté sur ce que Béring avait nommé l’île Saint-Elias. Ils sont entrés dans la baie Prince William à la fin du mois, ils ont pris des levés topographiques des îles Aléoutiennes le long de la côte Sud et ils ont navigué vers l’Unalaska en prenant des notes sur la présence russe dans la région. Puis, l’expédition a tourné vers le détroit de Béring et elle a navigué au-delà de la latitude 70 o nord, jusqu’à ce que la glace l’empêche d’aller plus loin. Le 26 octobre 1778, Cook a mis le cap vers le sud.

Cook est considéré comme un navigateur compétent et précis. Il a été capable de fournir un aperçu général de ce qui est maintenant l’Alaska, les îles Aléoutiennes et même une partie de la côte sibérienne. Son expédition est retournée dans le Pacifique Nord après sa mort pour continuer dans le détroit de Béring. Même si elle n’a pas découvert le Passage du Nord-Ouest, l’expédition de Cook a pu fournir aux Britanniques, et plus tard aux autres puissances maritimes européennes, des cartes marines du Pacifique Nord-Ouest.

© 2007 Maritime Museum of British Columbia

Le <i>Resolution</i> et le <i>Discovery</i>

Le Resolution et le Discovery du capitaine James Cook à Resolution Cove

Artiste : F.W. Maximick
Maritime Museum of British Columbia
1976
© 2007 Maritime Museum of British Columbia


Certaines expéditions d’exploration sont connues autant pour leurs tragédies que pour leurs succès. Naviguer pendant des années dans des conditions difficiles et des lieux inconnus a causé étonnamment peu de décès chez les hommes sous les commandes de Cook. C’est plutôt Cook lui-même qui est mort au milieu de l’océan Pacifique, de l’autre côté de la planète de son lieu de naissance.

Cook s’était arrêté aux îles Sandwich, connu maintenant sous le nom des îles Hawaii, en route vers le Pacifique Nord-Ouest. Le chapelet d’îles volcaniques était un arrêt commode dans le milieu du vaste Pacifique et Cook a décidé d’y retourner pour se reposer et ravitailler ses navires après avoir pris des levés topographiques de l’Unalaska et des îles Aléoutiennes. Le Resolution et le Discovery ont jeté l’ancre dans la baie Kealakekua, la plus grosse île d’Hawaii, le 17 janvier 1779. Ils y sont restés pendant deux semaines avant d’essayer de reprendre de nouveau la mer en février. Des vents violents ont retardé le départ et endommagé le mât de mi Pour en lire plus
Certaines expéditions d’exploration sont connues autant pour leurs tragédies que pour leurs succès. Naviguer pendant des années dans des conditions difficiles et des lieux inconnus a causé étonnamment peu de décès chez les hommes sous les commandes de Cook. C’est plutôt Cook lui-même qui est mort au milieu de l’océan Pacifique, de l’autre côté de la planète de son lieu de naissance.

Cook s’était arrêté aux îles Sandwich, connu maintenant sous le nom des îles Hawaii, en route vers le Pacifique Nord-Ouest. Le chapelet d’îles volcaniques était un arrêt commode dans le milieu du vaste Pacifique et Cook a décidé d’y retourner pour se reposer et ravitailler ses navires après avoir pris des levés topographiques de l’Unalaska et des îles Aléoutiennes. Le Resolution et le Discovery ont jeté l’ancre dans la baie Kealakekua, la plus grosse île d’Hawaii, le 17 janvier 1779. Ils y sont restés pendant deux semaines avant d’essayer de reprendre de nouveau la mer en février. Des vents violents ont retardé le départ et endommagé le mât de misaine du Resolution, forçant ainsi les navires à retourner dans la sécurité du port. Le 14 février 1779, Cook est allé sur la rive et a été poignardé dans le dos. Il est mort de sa terrible blessure.

Plusieurs personnes sont encore intriguées par la mort de Cook, qui est survenue il y a tellement longtemps. Cook était considéré comme un puissant commandant maritime et un intellectuel. On dit qu’il était respectueux dans ses relations avec les peuples qu’il a rencontrés au cours de ses expéditions. Cependant, il a connu une fin atroce aux mains des Hawaiiens, qu’il considérait amicaux. Cela soulève plusieurs questions. Certains historiens ont suggéré que Cook, qui avait une mauvaise santé et qui agissait de façon étrange, aurait pu offenser les Hawaiiens. D’autres remarquent que, malgré la surveillance et les punitions, les membres de l’équipage de Cook ont continué d’avoir des relations sexuelles durant les arrêts au cours de leur voyage, répandant ainsi des maladies vénériennes chez les populations locales.

Les hôtes hawaiiens de Cook avaient été généreux avec leurs rares provisions, lui donnant de l’eau, des produits et un bon nombre de porcs. Lorsque les navires sont retournés seulement quelques jours après leur départ, les membres de l’expédition n’étaient plus les bienvenus, il n’y avait plus rien à partager. Le cotre du Discovery avait été volé et Cook, incapable de trouver le voleur, avait prévu de prendre en otage le chef Kalei’opu’u jusqu’à la restitution du bateau. La tension a monté, des coups de feu ont été tirés sur les canots dans la baie et Cook a été poignardé et est mort noyé sur la rive. Les prêtres hawaiiens ont préparé ses os d’une manière digne d’une personne honorable. Par après, le capitaine Clerke est parti pour tenter d’achever l’expédition.

© 2007 Maritime Museum of British Columbia

Écaille de tortue représentant le capitaine James Cook

Écaille de tortue représentant le capitaine James Cook

Maritime Museum of British Columbia

© 2007 Maritime Museum of British Columbia


Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :
  • dessiner, interpréter et utiliser des graphiques, tableaux, grilles, échelles, légendes et cartes de différents types;
  • localiser et décrire les principales formes du relief terrestre, les étendues d’eau et les frontières politiques sur des cartes;
  • situer et décrire des événements actuels et historiques sur des cartes.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons