Pour bien conserver les objets que l’on collectionne et ainsi éviter qu’ils ne se dégradent, il faut les placer dans des conditions adéquates. Plusieurs facteurs peuvent accélérer la dégradation des objets : l’humidité, les ravageurs, les poussières, la lumière et la température font partie des ennemis de la conservation.


L’humidité

Le collectionneur ne doit pas éliminer l’humidité, mais plutôt la contrôler, car chaque objet possède un niveau idéal d’humidité. De nombreux objets réagissent fortement aux variations de l’humidité de l’air. Lorsque celle-ci est trop faible, les matières organiques telles que les peaux ou le cuir peuvent se fendiller. Dans des conditions où l’humidité est trop élevée, on peut voir apparaître de la moisissure sur les matières organiques ou de l’oxydation (rouille) sur les métaux. De plus, un environnement où le taux d’humidité varie beaucoup provoque chez certains objets une dilatation et un rétrécissement répétitifs, ce qui peut entraîner leur rupture.


Pour mesurer le taux d’humidité relative, on utilise un hygromètr Pour en lire plus
Pour bien conserver les objets que l’on collectionne et ainsi éviter qu’ils ne se dégradent, il faut les placer dans des conditions adéquates. Plusieurs facteurs peuvent accélérer la dégradation des objets : l’humidité, les ravageurs, les poussières, la lumière et la température font partie des ennemis de la conservation.


L’humidité

Le collectionneur ne doit pas éliminer l’humidité, mais plutôt la contrôler, car chaque objet possède un niveau idéal d’humidité. De nombreux objets réagissent fortement aux variations de l’humidité de l’air. Lorsque celle-ci est trop faible, les matières organiques telles que les peaux ou le cuir peuvent se fendiller. Dans des conditions où l’humidité est trop élevée, on peut voir apparaître de la moisissure sur les matières organiques ou de l’oxydation (rouille) sur les métaux. De plus, un environnement où le taux d’humidité varie beaucoup provoque chez certains objets une dilatation et un rétrécissement répétitifs, ce qui peut entraîner leur rupture.


Pour mesurer le taux d’humidité relative, on utilise un hygromètre. En général, l’humidité relative devrait être conservée entre 40 et 60 % afin d’éviter d’endommager les objets ou de voir apparaître de la moisissure. À la maison, il est conseillé de ne jamais ranger les collections dans un endroit non chauffé, car on y retrouve souvent de grandes variations d’humidité et de température.

© 2010, Musée de la nature et des sciences inc. Tous droits réservés.

Wapiti dont le cuir du museau s'est fendillé. Cervus elaphus

Wapiti dont le cuir du museau s'est fendillé. Cervus elaphus

Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke

© 2010, Musée de la nature et des sciences inc. Tous droits réservés.


Selon l’Institut canadien de conservation, les ravageurs regroupent des organismes vivants capables de modifier, d’endommager et de détruire des objets de collection. On peut classer la grande majorité des ravageurs en trois catégories : les microorganismes, les insectes et les rongeurs.


Les microorganismes

Les microorganismes comprennent des espèces de champignons et de bactéries qui peuvent se développer sur les objets de collection et ainsi les endommager. Souvent, ils créent par eux-mêmes un milieu qui favorise l’augmentation d’humidité, en plus d’attirer d’autres organismes, des insectes par exemple, qui s’attaqueront aussi aux matières à protéger.


Les insectes

La spécialisation de chaque espèce d’insectes, leur petite taille, leur facilité à se déplacer et à se reproduire ainsi que leurs sens aiguisés comportent une importante menace pour la conservation. À la recherche de nourriture et d’abris, les insectes peuvent aller jusqu’à détruire totalement la matière organique (cuir, bois, etc.) d’une collection.


Les rongeurs

Le Pour en lire plus
Selon l’Institut canadien de conservation, les ravageurs regroupent des organismes vivants capables de modifier, d’endommager et de détruire des objets de collection. On peut classer la grande majorité des ravageurs en trois catégories : les microorganismes, les insectes et les rongeurs.


Les microorganismes

Les microorganismes comprennent des espèces de champignons et de bactéries qui peuvent se développer sur les objets de collection et ainsi les endommager. Souvent, ils créent par eux-mêmes un milieu qui favorise l’augmentation d’humidité, en plus d’attirer d’autres organismes, des insectes par exemple, qui s’attaqueront aussi aux matières à protéger.


Les insectes

La spécialisation de chaque espèce d’insectes, leur petite taille, leur facilité à se déplacer et à se reproduire ainsi que leurs sens aiguisés comportent une importante menace pour la conservation. À la recherche de nourriture et d’abris, les insectes peuvent aller jusqu’à détruire totalement la matière organique (cuir, bois, etc.) d’une collection.


Les rongeurs

Les rats et les souris sont d’excellents grimpeurs, fouisseurs, nageurs et rongeurs. En raison de leur rythme de reproduction accéléré, ils se dispersent en quête de nourriture et de matériaux trouvables en des lieux qui abritent des collections. Ils causent des dégâts aux spécimens ou objets en y prélevant des matériaux pour construire leurs nids, en laissant des traces graisseuses le long de leurs pistes et en aménageant leur habitat près des collections.



© 2010, Musée de la nature et des sciences inc. Tous droits réservés.

Insecte abimé par la moisissure Bolitotherus cornutus Ténébrion cornu

Insecte abimé par la moisissure Bolitotherus cornutus Ténébrion cornu

Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke

© 2010, Musée de la nature et des sciences inc. Tous droits réservés.


Livre endommagé par des termites

Livre endommagé par des termites

Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke

© 2010, Musée de la nature et des sciences inc. Tous droits réservés.


Les poussières sont particulièrement nuisibles parce qu’elles décolorent ou salissent les surfaces, ce qui change l’apparence des objets. Le dépôt de particules sur l’objet peut également modifier sa composition et accentuer sa détérioration. Le nettoyage des poussières accumulées constitue une opération délicate sur des surfaces fragiles ou poreuses. C’est pourquoi la mise en place de stratégies visant à réduire la concentration de particules qui circulent dans l’air est nécessaire. Par exemple, l’objet peut être rangé dans un tiroir, une boîte ou une enveloppe le protégeant de la poussière. Il peut aussi être présenté bien à l’abri dans une vitrine.
Les poussières sont particulièrement nuisibles parce qu’elles décolorent ou salissent les surfaces, ce qui change l’apparence des objets. Le dépôt de particules sur l’objet peut également modifier sa composition et accentuer sa détérioration. Le nettoyage des poussières accumulées constitue une opération délicate sur des surfaces fragiles ou poreuses. C’est pourquoi la mise en place de stratégies visant à réduire la concentration de particules qui circulent dans l’air est nécessaire. Par exemple, l’objet peut être rangé dans un tiroir, une boîte ou une enveloppe le protégeant de la poussière. Il peut aussi être présenté bien à l’abri dans une vitrine.

© 2010, Musée de la nature et des sciences inc. Tous droits réservés.

La lumière est essentielle pour admirer les objets collectionnés. Malheureusement, elle les endommage en causant des changements irréversibles, tels que la décoloration, le jaunissement et la fragilisation. Pour assurer une conservation idéale, les conservateurs doivent trouver le juste équilibre entre la protection des objets contre les effets destructeurs de la lumière et les désavantages du manque de visibilité des objets pour les visiteurs. Une lumière trop vive et la présence de rayons ultraviolets sont en effet une cause importante de dégradation. Que ce soit au musée ou à la maison, on protègera donc les objets de collection en les mettant à l’abri de la lumière ou en atténuant l’intensité de l’éclairage. Bien sûr, il faut éviter d’exposer ses objets à la lumière vive du soleil.
La lumière est essentielle pour admirer les objets collectionnés. Malheureusement, elle les endommage en causant des changements irréversibles, tels que la décoloration, le jaunissement et la fragilisation. Pour assurer une conservation idéale, les conservateurs doivent trouver le juste équilibre entre la protection des objets contre les effets destructeurs de la lumière et les désavantages du manque de visibilité des objets pour les visiteurs. Une lumière trop vive et la présence de rayons ultraviolets sont en effet une cause importante de dégradation. Que ce soit au musée ou à la maison, on protègera donc les objets de collection en les mettant à l’abri de la lumière ou en atténuant l’intensité de l’éclairage. Bien sûr, il faut éviter d’exposer ses objets à la lumière vive du soleil.

© 2010, Musée de la nature et des sciences inc. Tous droits réservés.

Papillon lune (Actias luna) conservé à l'abri de la lumière

Papillon lune (Actias luna) conservé à l'abri de la lumière

Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke

© 2010, Musée de la nature et des sciences inc. Tous droits réservés.


Papillon lune (Actias luna) décoloré par la lumière

Papillon lune (Actias luna) décoloré par la lumière

Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke

© 2010, Musée de la nature et des sciences inc. Tous droits réservés.


L’entreposage à des températures trop froides ou trop chaudes représente un risque de déformation, d’affaiblissement ou de cassure pour plusieurs objets. Les variations rapides de température peuvent également créer des dommages similaires. Par contre, ce n’est pas toujours la température elle-même qui affecte les objets, mais aussi les conditions associées aux températures inadéquates. Par exemple, lorsque le taux d’humidité est élevé, les moisissures s’activent à des températures se situant au-delà de 4 degrés Celsius.
L’entreposage à des températures trop froides ou trop chaudes représente un risque de déformation, d’affaiblissement ou de cassure pour plusieurs objets. Les variations rapides de température peuvent également créer des dommages similaires. Par contre, ce n’est pas toujours la température elle-même qui affecte les objets, mais aussi les conditions associées aux températures inadéquates. Par exemple, lorsque le taux d’humidité est élevé, les moisissures s’activent à des températures se situant au-delà de 4 degrés Celsius.

© 2010, Musée de la nature et des sciences inc. Tous droits réservés.

Objectifs d'apprentissage

• découvrir les principaux facteurs qui peuvent nuire à la conservation des objets collectionnés;

• proposer des solutions ou des explications à des problèmes d’ordre scientifique ou technologique;

• découvrir comment la matière se transforme selon les conditions environnantes.


Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons