Le Colibri à gorge rubis mâle pèse environ 3 g et mesure environ 9 cm. Son plumage est d’un vert lustré aux reflets métalliques sur le dos, sur la tête et sur les ailes. Sa poitrine et les dessous de ses ailes, d’un blanc grisâtre, contrastent avec sa gorge, souvent rouge, mais parfois orange ou noir, selon l’angle d’éclairage. Ses yeux sont bordés de noir. Sa queue noire et fourchue porte des rectrices effilées vers le bout. Son bec est long, droit, fin et foncé.
Le Colibri à gorge rubis mâle pèse environ 3 g et mesure environ 9 cm. Son plumage est d’un vert lustré aux reflets métalliques sur le dos, sur la tête et sur les ailes. Sa poitrine et les dessous de ses ailes, d’un blanc grisâtre, contrastent avec sa gorge, souvent rouge, mais parfois orange ou noir, selon l’angle d’éclairage. Ses yeux sont bordés de noir. Sa queue noire et fourchue porte des rectrices effilées vers le bout. Son bec est long, droit, fin et foncé.

© Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke 2007. Tous droits réservés.

Colibri à gorge rubis mâle

Colibri à gorge rubis (Archilochus colubris), mâle

Crédit : Serge Beaudette

© Serge Beaudette


La femelle pèse environ 3,3 g et mesure environ 9 cm. Ses yeux et son bec sont semblables à ceux du mâle. Son plumage lui ressemble aussi, sauf pour sa gorge qui est blanc grisâtre. Sa queue n’est pas fourchue, mais arrondie et certaines plumes extérieures sont tachetées de blanc. Le colibri juvénile est semblable à la femelle. Parfois, on peut voir une légère touche iridescente rouge sur la gorge du jeune mâle.
La femelle pèse environ 3,3 g et mesure environ 9 cm. Ses yeux et son bec sont semblables à ceux du mâle. Son plumage lui ressemble aussi, sauf pour sa gorge qui est blanc grisâtre. Sa queue n’est pas fourchue, mais arrondie et certaines plumes extérieures sont tachetées de blanc. Le colibri juvénile est semblable à la femelle. Parfois, on peut voir une légère touche iridescente rouge sur la gorge du jeune mâle.

© Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke 2007. Tous droits réservés.

Colibri à gorge rubis (mâle juvénile)

Colibri à gorge rubis (Archilochus colubris), mâle juvénile

Crédit : Beverley Vycital

© Beverley Vycital


La taille du nid varie de 1,5 à 4,5 cm de diamètre et de 2,5 à 5 cm de hauteur. Il est construit avec des écailles de bourgeons, du lichen et des brins d’herbe. Le tout est lié par des fils d’araignée ou par des soies d’insectes et garni de duvet végétal, pour le confort des petits. Il est généralement construit dans un arbre entre 3 et 6 mètres du sol, mais il peut être établi sur le bout d’une branche dans un conifère ou un feuillu. Les oeufs, au nombre de un ou deux, ont la grosseur d’un pois. La femelle a généralement une couvée par année, mais parfois deux. Les oeufs sont pondus à un jour d’intervalle et sont incubés pendant environ 16 jours.
La taille du nid varie de 1,5 à 4,5 cm de diamètre et de 2,5 à 5 cm de hauteur. Il est construit avec des écailles de bourgeons, du lichen et des brins d’herbe. Le tout est lié par des fils d’araignée ou par des soies d’insectes et garni de duvet végétal, pour le confort des petits. Il est généralement construit dans un arbre entre 3 et 6 mètres du sol, mais il peut être établi sur le bout d’une branche dans un conifère ou un feuillu. Les oeufs, au nombre de un ou deux, ont la grosseur d’un pois. La femelle a généralement une couvée par année, mais parfois deux. Les oeufs sont pondus à un jour d’intervalle et sont incubés pendant environ 16 jours.

© Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke 2007. Tous droits réservés.

Colibri à gorge rubis

Colibri à gorge rubis (Archilochus colubris)

Crédit : Serge Beaudette

© Serge Beaudette


Le Colibri à gorge rubis s’accommode d’une grande variété d’habitats : jardins, clairières, vergers et bordures de forêts mixtes ou feuillues. Il montre une préférence pour les lieux ouverts. Il se nourrit du nectar des fleurs et de minuscules insectes. Il est particulièrement attiré par les fleurs tubulaires telles celles du chèvrefeuille, des impatientes et des lis. Il a un faible pour les fleurs rouges et orangées. Sa diète varie en fonction des mois de l’année et de sa localisation. Il visite les trous faits par les pics maculé où il s’alimente d’insectes. Il fréquente aussi les abreuvoirs domestiques offrant de l’eau sucrée.

Pour voir une vidéo du Colibri à gorge rubis, suivez ce lien et regardez au bas de la page.

Le Colibri à gorge rubis s’accommode d’une grande variété d’habitats : jardins, clairières, vergers et bordures de forêts mixtes ou feuillues. Il montre une préférence pour les lieux ouverts. Il se nourrit du nectar des fleurs et de minuscules insectes. Il est particulièrement attiré par les fleurs tubulaires telles celles du chèvrefeuille, des impatientes et des lis. Il a un faible pour les fleurs rouges et orangées. Sa diète varie en fonction des mois de l’année et de sa localisation. Il visite les trous faits par les pics maculé où il s’alimente d’insectes. Il fréquente aussi les abreuvoirs domestiques offrant de l’eau sucrée.

Pour voir une vidéo du Colibri à gorge rubis, suivez ce lien et regardez au bas de la page.


© Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke 2007. Tous droits réservés.

Colibri à gorge rubis femelle

Colibri à gorge rubis femelle (Archilochus colubris)

Crédit : Beverley Vycital

© Beverley Vycital


Le Colibri à gorge rubis est la seule espèce de colibris que l'on peut apercevoir dans la moitié est de l'Amérique du Nord et la seule à nicher à l'est du Mississipi. Lors de sa migration, certains individus survolent 650 km au-dessus du golfe, sans escale, d'autres longent la côte. Le mâle arrive au Canada au début du mois de mai, avant la femelle. Il établit le premier son territoire d'approvisionnement en nectar. Le mâle quitte vers le Sud dès la mi-août suivi des femelles et des juvéniles au début de septembre.
Le Colibri à gorge rubis est la seule espèce de colibris que l'on peut apercevoir dans la moitié est de l'Amérique du Nord et la seule à nicher à l'est du Mississipi. Lors de sa migration, certains individus survolent 650 km au-dessus du golfe, sans escale, d'autres longent la côte. Le mâle arrive au Canada au début du mois de mai, avant la femelle. Il établit le premier son territoire d'approvisionnement en nectar. Le mâle quitte vers le Sud dès la mi-août suivi des femelles et des juvéniles au début de septembre.

© Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke 2007. Tous droits réservés.

Répartition du colibri à gorge rubis

Légende :

Rouge - Aire de nidification

Jaune - Passage migratoire

Bleu - Aire d'hivernage

Violet - Aire de résidence permanente

Les données proviennent de Natureserve en collaboration avec avec Robert Ridgely, James Zook,
The Nature Conservancy - Migratory Bird Program, Conservation International - CABS, World Wildlife Fund - US, and Environment Canada - WILDSPACE. http://www.natureserve.org/infonatura (Accessed: May 8, 2007 ).

© Natureserve


Le Colibri à gorge rubis est merveilleusement adapté à la rigueur du climat. Il abaisse la température de son corps pendant les nuits fraîches et diminue son rythme cardiaque. Sa respiration est parfois interrompue pour de brefs instants. C’est grâce à cette adaptation particulière que les colibris à gorge rubis survivent à des températures inférieures à 0°. La période de torpeur peut se prolonger de 8 à 14 heures. Leur métabolisme revient à la normale au bout d’une heure environ. Pour en connaître plus sur la thermorégulation des colibris, suivez ce lien.
Le Colibri à gorge rubis est merveilleusement adapté à la rigueur du climat. Il abaisse la température de son corps pendant les nuits fraîches et diminue son rythme cardiaque. Sa respiration est parfois interrompue pour de brefs instants. C’est grâce à cette adaptation particulière que les colibris à gorge rubis survivent à des températures inférieures à 0°. La période de torpeur peut se prolonger de 8 à 14 heures. Leur métabolisme revient à la normale au bout d’une heure environ. Pour en connaître plus sur la thermorégulation des colibris, suivez ce lien.

© Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke 2007. Tous droits réservés.

Colibri à gorge rubis

Colibri à gorge rubis (Archilochus colubris)

Crédit : Bob Isaac

© Bob Isaac


La longévité record du Colibri à gorge rubis est de 9 ans, mais il vit en moyenne 2 à 3 ans. Pour en connaître plus sur les prédateurs des colibris, suivez ce lien.
La longévité record du Colibri à gorge rubis est de 9 ans, mais il vit en moyenne 2 à 3 ans. Pour en connaître plus sur les prédateurs des colibris, suivez ce lien.

© Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke 2007. Tous droits réservés.

Colibri à gorge rubis (mâle juvénile)

Colibri à gorge rubis (Archilochus colubris), (mâle juvénile)

Crédit : Serge Beaudette

© Serge Beaudette


Le Colibri à gorge rubis se déplace à une vitesse incroyable. Ses battements d’ailes ont été évalués au moyen de films et de photos. Ainsi, on a pu établir qu’elles battaient à un rythme de 55 à 75 battements à la seconde.

Pour en connaître plus sur le vol des colibris, suivez ce lien.

Le Colibri à gorge rubis se déplace à une vitesse incroyable. Ses battements d’ailes ont été évalués au moyen de films et de photos. Ainsi, on a pu établir qu’elles battaient à un rythme de 55 à 75 battements à la seconde.

Pour en connaître plus sur le vol des colibris, suivez ce lien.


© Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke 2007. Tous droits réservés.

Colibri à gorge rubis

Colibri à gorge rubis (Archilochus colubris)

Crédit : cash52

© cash52


Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :
  • résumer l’information concernant le Colibri à gorge rubis (nid, habitat, répartition, taille approximative).

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons