500s Introduction du bouddhisme (de l’Inde) et du confucianisme (de Chine)
604 La Constitution des dix-sept articles, le premier code de loi écrit du Japon basé sur le confucianisme.
700s Le bouddhisme devient la principale religion du Japon.
1185 Adopté par la classe samouraï, le bouddhisme Zen favorise la pratique quotidienne au lieu des rituels cérémonieux et recherche la paix intérieure par la méditation.
1600s Le shogun Tokugawa exige que tout le monde s’inscrive au temple local, connu comme le danka seido, qui associait chaque demeure à un temple. De plus, on peut maintenant trouver plusieurs aspects du confucianisme dans le bushido, le code des samouraïs.
1800s Le shintoïsme, la plus vieille et seule religion originaire du Japon, émerge de nouveau sous l’empereur Meiji, qui encourageait sa pratique et qui utilisait les fonds publics pour en faire la promotion. Le shintoïsme mettait l’accent sur le patriotisme et l’obéissance & Pour en lire plus
500s Introduction du bouddhisme (de l’Inde) et du confucianisme (de Chine)
604 La Constitution des dix-sept articles, le premier code de loi écrit du Japon basé sur le confucianisme.
700s Le bouddhisme devient la principale religion du Japon.
1185 Adopté par la classe samouraï, le bouddhisme Zen favorise la pratique quotidienne au lieu des rituels cérémonieux et recherche la paix intérieure par la méditation.
1600s Le shogun Tokugawa exige que tout le monde s’inscrive au temple local, connu comme le danka seido, qui associait chaque demeure à un temple. De plus, on peut maintenant trouver plusieurs aspects du confucianisme dans le bushido, le code des samouraïs.
1800s Le shintoïsme, la plus vieille et seule religion originaire du Japon, émerge de nouveau sous l’empereur Meiji, qui encourageait sa pratique et qui utilisait les fonds publics pour en faire la promotion. Le shintoïsme mettait l’accent sur le patriotisme et l’obéissance à l’empereur en tant que descendant direct de la déesse du soleil Amaterasu et il a été d’une grande valeur dans la centralisation du pouvoir du nouveau régime.
1945 Fin de la Deuxième Guerre mondiale – le gouvernement japonais brise les liens entre la religion et l’État.

© 2006, La Galerie d'art du Grand Victoria. Tous droits réservés.

Barry Till parle du sanctuaire shinto qui est dans la cour de l’AGGV. Il parle de la manière dont les sanctuaires sont placés dans des lieux extérieurs en tant que demeure du kami et pour que les gens puissent venir prier.

Bienvenue à la section Samouraï. Je suis Barry Till, curateur d’art asiatique. Derrière moi se trouve le sanctuaire Shinto de la galerie d’art. À l’origine, il a été construit au Japon durant la période Meiji, vers les années 1900. L’AGGV l’a acheté en 1987 et l’a transporté à Victoria. Qu’est-ce que le Shinto? C’est une religion japonaise de culte de la nature. Le shinto montre un amour et une appréciation de la beauté et de l’abondance de la nature plutôt qu’une peur de ses forces destructrices. Il n’a pas de fondateur ou de prophète et pas de divinité absolue en tant que créateur. Il est simplement centré sur le concept du kami. Les Japonais ont toujours vénéré une multitude de divinités naturelles représentées par des phénomènes comme les chutes, les roches et les arbres. Tout ce qui était extraordinaire recevait une attention particulière que l’on appelait kami. Les sanctuaires Shinto étaient construits partout au Japon dans des lieux magnifiques en tant que demeure des kamis. C’était un endroit où les Japonais pouvaient se rendre pour la prière et la purification spirituelle. Sur ce sanctuaire, on peut voir toutes sortes de sculptures fascinantes comme un dragon, un faucon et des lions. Les plus intéressantes sont les Bakus. Les Bakus sont des animaux mythiques qui mangent des cauchemars. Lorsque les enfants japonais faisaient des cauchemars, ils se réveillaient en criant « Devour o baku! » et le baku arrivait et mangeait leurs cauchemars. On peut distinguer le sanctuaire shinto des temples bouddhistes par les fleurons fourchus et les rondins côtelés sur les poutres de toiture. Il y a un grand bassin de pierre près du sanctuaire pour que les fidèles se lavent les mains et se purifient symboliquement avant la prière. Durant le culte, qui a lieu à l’extérieur du sanctuaire, on remercie souvent le kami.

La Galerie d'art du Grand Victoria

JAPON
© 2006, La Galerie d'art du Grand Victoria. Tous droits réservés.


Objectifs d'apprentissage

Les objectifs d’apprentissage suivants ont été créés avec des références nombreuses et spécifiques aux Résultats d’apprentissage prescrit (RAP) pour divers niveaux scolaires et sujets tels que décrits par le ministère de l’Éducation de la province de la Colombie-Britannique. Les parties qui reflètent directement les matières de langue sont en italique. Tous les textes applicables et les autres ressources d’apprentissage sont énumérés dans les bibliographies.

• Les élèves seront initiés au shintoïsme, au bouddhisme et au confucianisme et comprendront la distinction entre les religions officielles et les systèmes de croyance tout en remarquant comment les organisations sociales, politiques et religieuses peuvent refléter les goûts et les valeurs culturelles.  Les élèves recherchont sur les civilisations et leurs structures sociales dans le contexte de leur temps et de vision mondiale.
• Les élèves apprendront la différence entre de telles croyances telles qu’elles étaient pratiquées au Japon au travers le temps jusqu’à maintenant, leur permettant d’étudier l’organisation et l’évolution de la religion dans certaines sociétés.


Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons