« Eros is man’s conversion from the sensible to the super-sensible; it is the upward movement of the soul; it is a real force, driving the soul upwards to seek the world of forms. »

(Éros est la conversion humaine du sensible au supersensible ; c’est le mouvement ascendant de l’âme ; c’est une force réelle, qui hisse l’âme vers le haut pour chercher le monde des formes.)

(Anders Nygren, Agape and Eros, New York, Macmillan, 1937, I:127)

Dans le panthéon des dieux de la Grèce antique, Éros (Cupidon) est le fils de Pénia (la Pauvreté) et de Poros (la Richesse). Poros est imbue des vertus que sont la beauté, la bonté et le courage, mais aussi remplie de fougue et de ruse. Éros, le cruel dieu de l’Amour qui se tient à mi-chemin entre la moralité et l’immoralité, la chair et l’esprit, la sagesse et l’ignorance, la mortalité et la divinité, est le fruit de leur union. Éros a donné aux anciens Grecs un moyen de parler de l’expérience humaine de la division et de l’attente, du désir qui pousse tant les hommes que les femmes à chercher l’amour et ses dons : la sagesse et la beauté.
RCIP
Provincial Museum of Alberta; Maison Saint-Gabriel; Cupids Museum; Fanshawe Pioneer Village; Musée Colby-Curtis - Société historique de Stanstead; Doon Heritage Crossroads; St. Marys Museum; British Museum, London, England; Bailey-Matthews Shell Museum, Sanibel, Florida, USA

© 2004, RCIP. Tous droits réservés.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons