En 1948, le CNRC invita Gerhard Herzberg à mettre sur pied un laboratoire de recherche fondamentale en spectroscopie. Sous sa direction, le CNRC devient un chef de file mondial dans ce domaine.

Cet appareil a été construit pour Herzberg et commença à fonctionner en 1950. Il n’est pas très différent d’un spectrographe standard puisqu’il comporte une source lumineuse (en général des tubes à émission remplis des gaz à étudier), des réseaux pour produire le spectre de la lumière et un dispositif photographique pour enregistrer le spectre. La principale différence réside dans le fait que toute la cavité peut être mise sous vide à de très faibles pressions, ce qui permet de travailler dans des régions du spectre électromagnétique (par exemple l’ultraviolet) où l’air absorbe le rayonnement. Auparavant, on ne pouvait pas faire d’étude spectroscopique de molécules dont le spectre caractéristique se situait dans ces régions.

À l’aide de cet appareil, Herzberg put déterminer avec précision la structure et les propriétés de radicaux libres, notamment CH2 (le méthylène), dont les raies spectrales avaient déjà été détectées mais non situées. Les raies spectrales de CH2 ont été enregistrées pour la première fois en 1959 à l’aide de cet instrument, ce qui a conduit à l’attribution du prix Nobel de chimie à Herzberg en 1971.
RCIP

© 2001, RCIP. Tous droits réservés.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons