Fais jouer les films pour voir l’histoire du développement du secteur sud-est de False Creek, à Vancouver.

Science World
David Savory, Talent Pun, Ryan Ilg, Jordon Randall
vers 2007
Vancouver, Colombie-Britannique, CANADA
© 2007, Science World British Columbia. Tous droits réservés.


Transcription

Quand on voit des choses tous les jours, il est facile de manquer des changements subtils. Cette présentation est conçue pour montrer que les villes sont constamment en train de changer. Clique sur le lecteur vidéo pour voir des capsules de l’histoire récente de False Creek. Explore les changements qui interviennent dans la ville de Vancouver alors qu'elle se prépare pour les Olympiques de 2010.

Que sais-tu de l'histoire de la False Creek? Lis la brève histoire qui suit. Discute des événements ou changements que tu as trouvé surprenants.

Brève histoire de False Creek

Si tu pouvais revenir dans le temps et voir False Creek il y a 200 ans, tu y apercevrais des membres de la nation squamish chasser et pêcher autour de vasières couvertes de varech. En 1880, quelque 50 personnes habitent une douzaine de bâtiments qui forment un village appelé Snauq, situé sur Kits Point, maintenant le parc Vanier. Tu aurais la surprise de constater que le secteur de l’anse était deux fois ce qu’il est maintenant.

Le 13 juin 1792, le capitaine George Vancouver, avant de s’arrêter dans ce qu’il a appelé le Burrard’s Canal (maintenant Burrard Inlet – le bras de mer Burrard), passe devant la pointe Grey (qu’il a nommée ainsi), sans noter l’existence de False Creek. Une semaine plus tard, don Dionisio Galiano entre dans le même bras de mer, il le cartographie en détail, mais il omet également False Creek.

False Creek est nommée ainsi par l’amiral sir George Henry Richards, un hydrographe qui cartographie vents, courants et marées sur la côte de la C.-B. de 1856 à 1863.

Dans les années 1850 et 1860, on tente infructueusement d’exploiter le charbon à False Creek et en 1865, la première scierie est construite sur la rive sud, à proximité de Main Street, tout proche de l’emplacement actuel du TELUS World of Science.

En 1889, on bâtit un pont pour relier les rives nord et sud. Ce sera le premier des trois ponts de Granville Street. Le pont éveille l’intérêt pour le secteur, particulièrement son extrémité sud, où l’on prévoit implanter une scierie et des aires de stockage, une gare de chemin de fer et une gare maritime. En 1915, 760 000 mètres cubes de boue venant du fond de la baie sont entassés sur les barres de sable afin de former une île qui, lors de son inauguration en 1916, est officiellement nommée Industrial Island, et de façon non officielle, Granville Island.

Pendant la Première Guerre mondiale, le secteur est de False Creek, qui s’étend jusqu’à Clark Drive, est remblayé par le Great Northern Railway et le Canadian Northern Pacific Railway pour créer de nouveaux terrains, dont ces entreprises pourront se servir pour leurs cours de triage.

En 1930, quelque 1200 personnes travaillent dans Granville Island dans des usines qui fabriquent rivets, boulons, chaînes, tonneaux, peinture et ciment destinés aux industries forestières et minières. Après la Deuxième Guerre mondiale, les plus grandes entreprises de Granville Island déménagent, à la recherche de terrains plus vastes à moindre coût. D’autres entreprises sont détruites par des incendies.

Pendant des années après la Deuxième Guerre mondiale, False Creek est considéré comme un « fossé répugnant ». En 1972 toutefois, des plans sont élaborés pour convertir Granville Island en « parc urbain », et en 1979, on assiste à l’ouverture du marché public. Dans le reste de False Creek , on procède à l’enlèvement des déchets industriels le long des rives, on drague le fond de mer, on crée des baies, on construit des murs de protection des berges et on alloue des terrains pour des projets immobiliers sur la rive sud.

Les cours de triage de la rive nord accueillent EXPO 86, avec des projets de développement similaires à ceux de la rive sud pour après l’événement. Mais en 1988, Li Ka-Shing, un des hommes les plus riches du monde, achète l'ensemble du site et entreprend un développement immobilier de 3 milliards $ qui, une fois terminé, accueille environ 15 000 personnes.

C’est aussi en 1988 que l’un des bâtiments les plus en vue d’EXPO 86, l’Expo Centre, rouvre ses portes en tant que Science World.


Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons