Organisée à l’invitation du Centre d’histoire de Montréal, cette intervention réactivait par un marquage au sol l’histoire méconnue du site du premier parlement du Canada-Uni : la Place d’Youville, utilisée alors comme espace de stationnement. J’ai souligné l’emplacement de certains des vestiges présents sous l’asphalte avec des lignes orange et bleues (le collecteur William au centre et, autour, les fondations du marché Sainte-Anne, bâtiment ensuite converti pour les besoins du parlement). Un texte composé d’après des extraits d’articles de journaux d’époque et de rapports de fouilles archéologiques évoquait les états et les événements qui ont marqué le lieu depuis le paysage premier de la rivière Saint-Pierre jusqu’à l’émeute qui provoqua l’incendie du parlement en 1849. Pour la durée de mon intervention, l’accès au stationnement était fermé aux voitures. Par la suite, le marquage est disparu de lui-même au gré de la météo et de la circulation des véhicules.
Raphaëlle de Groot
Texte de l’artiste publié dans Déry, Louise et al.- Raphaëlle de Groot : En exercice.- Montréal : Galerie de l’UQAM.- 2006.- p. 117.

© Galerie de l'UQAM 2007. Tous droits réservés.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons