L'AMAS DE BOIS AU GERRY'S ROCK

Venez, bûcherons intrépides,
Et écoutez-moi vous raconter,
L'histoire d'un jeune draveur
Et de son départ prématuré,
L'histoire d'un jeune contremaître,
Si beau, si fidèle, si brave,
Ça se passait à l'amas de bois au Gerry's Rock,
Où l'eau eut raison de lui.

« C'était un dimanche matin,
Comme vous aurez tôt fait de remarquer,
Nos bûches s'empilaient jusqu'au ciel,
Nous n'arrivions pas à les dégager,
Notre contremaître cria "Éloignez-vous, braves gars",
Le cœur dénué de peur.
Nous allons dégager l'amas de bois au Gerry's Rock,
Et mettre le cap sur Ellington town. »

Certains se montraient enthousiastes,
Et d'autres, plus nombreux, ne l'étaient point,
À l'idée de dégager l'amas de bois un dimanche,
Car ils ne pensaient pas qu'ils devaient le faire,
Alors que six de nos braves Canadiens,
S'étaient portés volontaires
Pour dégager l'amas de bois au Gerry's Rock,
Avec leur contremaître, le jeune Munroe.

Ils y travaillèrent jusqu'à neuf heures,
Lorsqu'ils entendirent une jeune voix dire,
« Je vous préviens, les gars, soyez aux aguets,
Car l'amas va bientôt céder. »
À peine ces paroles furent-elles prononcées,
Que l'amas céda et les bûches se dégagèrent,
Emportant avec elles ces six jeunes vies
Avec leur contremaître, le jeune Munroe.

Lorsque les autres bûcherons
Apprirent la triste nouvelle,
À la recherche de leurs braves camarades
Vers la rivière se dirigèrent.
Pendant ce temps leurs corps mutilés
Descendirent la rivière, entraînés par le courant,
Alors que près de la rive gisait un corps sans vie, ensanglanté,
Celui du jeune Munroe.

On le retira de la rivière, son tombeau,
Peigna vers l'arrière ses cheveux de jais,
Il se trouvait parmi le groupe une jolie fille,
Dont les cris (emplirent l'air?)
Il se trouvait parmi le groupe une jolie fille,
Originaire de Shigna town
Ses cris et ses pleurs s'élevèrent jusqu'au ciel,
Son véritable amour venait de sombrer.

La belle Clara était une noble fille,
La vraie amie du draveur,
Qui, avec sa mère, veuve,
Habitait près du coude de la rivière.
La paie de son véritable amour
Le patron lui donna,
Et les bûcherons lui remirent,
Le lendemain une somme généreuse qu'ils avaient réunie.

Ils l'enterrèrent dans la douleur,
Un premier mai,
Sous un tumulus vert près de la rivière,
Où poussait une pruche vert-de-gris,
Et gravés sur la pruche
Qui poussait près de sa tombe,
On pouvait lire, en plus de la date, le nom et le sort
De son contremaître, le jeune Munroe.

Clara ne lui survécut pas longtemps,
Le cœur brisé par le chagrin,
Et environ six semaines plus tard,
Comme une feuille à l'automne, la mort vint la chercher.
Lorsque enfin le temps arriva,
Lorsque ce fut son tour de partir,
Sa dernière demande fut exaucée,
On l'enterra à côté du jeune Munroe. 





La ballade de Gerry's Rock est sans conteste la chanson de bûcherons la plus populaire… On l'a entendue du Nouveau-Brunswick jusqu'au Michigan, et même au-delà, et chaque localité la prétend sienne en prenant soin de modifier les noms de lieux pour que la ballade corresponde à ses prétentions.

- Louise Manny, Songs of Miramichi, 1968,  p. 115 à 117.


Inconnu
Louise Manny
19e siècle
Nouveau-Brunswick, CANADA
© 1968, Brunswick Press. Tous droits réservés.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons